L’économie mondiale en berne – Check conjoncturel de Raiffeisen

Raiffeisen Economic Research

1 minutes de lecture

Il est désormais fort probable que la vague corona laisse aussi de fortes traces en Europe.

En fin d’année, avec un taux de croissance trimestriel de 0,3%, l’économie suisse a pu maintenir le rythme très convenable des trimestres précédents. En 2019, le taux de croissance prévisionnel du PIB s’est ainsi élevé à près de 0,9% (1,4% corrigé des grandes manifestations sportives). Le coronavirus a toutefois brutalement assombri les perspectives conjoncturelles. En Chine et dans certains pays voisins asiatiques, un effondrement est inévitable au premier trimestre. Il est désormais fort probable que la vague corona laisse aussi de fortes traces en Europe. Les dommages économiques dépendront en grande partie des mesures prises par le gouvernement et de la réaction de la population au cours des prochaines semaines; nous considérons donc qu’il est bien trop tôt pour revoir les prévisions en profondeur. 

En février, les entreprises européennes sondées présentaient dans l’ensemble une image toujours étonnamment robuste. Cela vaut également pour le baromètre conjoncturel suisse du KOF et l’indice PMI de l’industrie. La poursuite de l’amélioration reposait toutefois en grande partie sur une hausse de la composante «délais de livraison». Normalement, l’allongement des délais de livraison est l’expression d’une dynamique conjoncturelle forte. Or, à l’heure actuelle, c’est l’inverse. La hausse s’explique par les premiers goulots d’étranglement liés au confinement de la Chine. Selon les entreprises interrogées, les interruptions de production restent limitées. Avec un certain décalage, elles seront du moins temporaires. En atteste notamment le ralentissement des exportations signalé par l’industrie allemande.