Faible inflation comme scénario de base pour 2021

AXA Investment Managers

1 minutes de lecture

Chris Iggo analyse si les récents records atteints par les marchés boursiers pourront être battus l’année prochaine.

Chris Iggo, CIO d’AXA Investment Managers Core Investments, analyse si les récents records atteints par les marchés boursiers pourront être battus l’année prochaine et explique les raisons pour lesquelles les perspectives économiques pour 2021 sont encourageantes.

Pas de mesures d’économie attendues en 2021

Un consensus semble ressortir des entretiens avec les investisseurs: les perspectives économiques pour l’année à venir sont encourageantes, ce qui apparaît par exemple nettement dans le secteur commercial. Une demande croissante s’y dessine, alimentée par des stocks actuellement faibles et le besoin de les reconstituer. À cet égard, le potentiel semble donc important en 2021. Des dépenses budgétaires ciblées viendront en plus soutenir l’économie. Il n’est évidemment pas exclu que les gouvernements doivent revoir leurs mesures à la baisse. Nous considérons toutefois que le retour à l’austérité n’est pas pour demain.

Inflation toujours faible et année calme pour les banques centrales

Le scénario de base pour 2021 est, à notre avis, une inflation toujours faible et une année calme pour les banques centrales. Il pourrait y avoir une légère accentuation de la courbe des taux. La demande en actifs à long terme et de haute valeur qualitative devrait cependant limiter ce mouvement. Considérant les cours boursiers actuels, les perspectives sont toujours prometteuses pour les actions. D’après les prévisions actuelles, le marché boursier mondial sera négocié à un PER d’un peu plus de 20. Cela signifie un bénéfice par action de 5% par rapport au 1,4% actuel pour l’indice global des obligations d’entreprise «investment grade» et 0,23% pour l’indice global des obligations souveraines. Certes, les évaluations ne sont pas la panacée, mais si l’on considère les facteurs macroéconomiques, les aspects techniques des obligations et actions ainsi que les attentes généralement positives du marché, il semble difficile de ne pas surpondérer les actions pour l’année à venir.

A lire aussi...