Changement climatique: des risques considérables pour les rentes du 2e pilier

Communiqué, Ethos

1 minutes de lecture

Si des moyens existent pour aider les caisses de pension à gérer ces risques, un cadre réglementaire reste nécessaire pour aiguillonner et favoriser les investissements durables et responsables, selon la Fondation Ethos.

A deux semaines d’un vote clé sur la révision de la loi CO2, la Fondation Ethos publie un rapport consacré aux risques climatiques qui planent sur les placements des institutions de prévoyance et, par conséquent, sur les rentes futures de leurs assurés. Si des moyens existent pour aider les caisses de pension à gérer ces risques, un cadre réglementaire reste plus que jamais nécessaire pour aiguillonner et favoriser les investissements durables et responsables. C’est pour cette raison que la Fondation Ethos s’engage en faveur de la révision de la loi. Une conférence en ligne et ouverte à tous est organisée le 10 juin pour débattre de ces questions.

Le changement climatique représente une menace pour tout le monde. Les caisses de pension suisses, dont le mandat légal est de générer des rendements stables sur le long terme pour leurs assurés, ne sont pas épargnées, comme le montre un rapport publié aujourd’hui par la Fondation Ethos. Leurs investissements ne seront protégés des risques climatiques que s’ils sont effectués en tenant compte des défis climatiques et accompagnés de mesures législatives.

L’industrie fossile reste l’un des principaux risques financiers en lien avec le changement climatique pour les caisses de pension, d’autant plus que l’Agence internationale de l’énergie vient d’appeler à ne plus développer de nouveaux gisements gaziers et pétroliers si l’on veut avoir une chance de limiter le réchauffement climatique à 1.5°C. Cependant, tous les secteurs économiques sont aujourd’hui concernés, du secteur automobile à l’aviation en passant par la construction et la finance. Le changement climatique représente non seulement un risque physique pour les actifs des sociétés et donc de leurs actionnaires, mais également un risque légal et réglementaire, un risque de perte de compétitivité lié à l’essor de nouvelles technologies moins polluantes et toujours plus performantes, ainsi qu’un risque de «stranded assets», ces actifs qui ne sont plus en mesure de générer de rendements avant même la fin de leur vie économique.

A lire aussi...