Bonne décision de la BNS dans le contexte actuel

Marie Owens Thomsen, Indosuez Wealth Management

1 minutes de lecture

Sur le front du franc suisse, la BNS dispose d’un certain avantage avec une puissance de feu illimitée puisqu'elle peut vendre des montants illimités de sa propre monnaie.

Suite à la décision de la BNS, la banque centrale a laissé le taux directeur inchangé et cela semble être la bonne décision dans le contexte d'une certaine amélioration de l'économie mondiale (bien qu'à des niveaux d'activité économique très faibles), des perspectives pour l'Europe et des cas COVID-19 en Suisse. Une réduction des taux pourrait être envisagée si ces facteurs devaient se détériorer à l'avenir. 

La BNS a déclaré que le CHF était hautement valorisé et a réitéré son engagement à intervenir afin d'atténuer la tendance haussière. En 2019, nous avions l'impression que l'objectif implicite aurait pu être de 1,10 contre l'euro, alors que plus récemment, le niveau d'intervention semblait être de 1,03-1,06. La BNS est moins intervenue récemment car l'euro s'est renforcé. 

La tendance fondamentale du franc suisse est à l'appréciation, étant donné l'excédent de 12,2% de la balance courante en % du PIB à la fin de 2019, qui génère d'importants flux de capitaux vers le franc, auxquels les flux financiers ne font qu'ajouter étant donné le statut de valeur refuge du CHF, et c'est contre cela que la BNS doit essayer d'agir. C'est une position unique pour une banque centrale d'agir pour affaiblir sa monnaie - la plupart des banques centrales ont plutôt le problème inverse. L'avantage que cette position donne à la BNS est sa puissance de feu illimitée puisqu'elle peut vendre des montants illimités de sa propre monnaie alors qu'une banque centrale dans la situation inverse n'a qu'un montant limité de réserves de change à engager contre toute pression du marché. 

Enfin, je voudrais également souligner qu'une monnaie qui s'apprécie réduit le coût des importations, ce qui est important pour la Suisse, qui est un pays à forte intensité d'importations. Étant donné la capacité de fixation des prix de nombreuses entreprises suisses sur les marchés internationaux, ces entreprises pourraient en fait élargir leurs marges bénéficiaires lorsque le franc s'appréciera.

A lire aussi...