Actions américaines et mauvaises nouvelles

DWS

1 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. A partir de février 2016 et tout au long de 2017, le rapport entre valorisation et anxiété n'a cessé d'augmenter.


©Keystone

L'expertise seule ne suffit pas pour réussir à long terme sur les marchés. Une grande partie du succès dépend de la façon dont vous maîtrisez vos émotions. La panique est un facteur déterminant. Si le marché s'affole, c'est souvent le bon moment pour acheter des actifs à bas prix. Mais on peut facilement prendre peur et vendre sous l’effet de la peur. Inversément, il peut être difficile de ne pas devenir trop gourmand suite à un bon parcours - si les actions ont bien performé - , la tentation est forte d'en acheter davantage. Alors attention, les bonnes nouvelles, comme les mauvaises, peuvent  avoir être déjà été intégrées aux prix.

Les baisses d'impôts aux Etats-Unis décidées fin 2017
ont donné un nouvel élan à l'indicateur de panique.

Notre graphique de la semaine nous aide à mieux comprendre les dynamiques du marché américain. L'indicateur reflété dans le graphique est une simple division du ratio cours/bénéfice du S&P 500 par l'indice de volatilité du S&P 500. Ce dernier indice traduit les estimations de volatilité des produits dérivés et est fréquemment utilisé comme indicateur de l'anxiété à court terme. 

Source: Bloomberg Finance L.P. au 30 janvier 2019
* Ratio cours/bénéfice de l'indice S&P 500 divisé par l'indice de volatilité (Vix)

 

L'indicateur de panique ainsi calculé offre une perspective intéressante sur l'évolution des dernières années. A partir de février 2016 et tout au long de 2017, le rapport entre valorisation et anxiété n'a cessé d'augmenter. Cette situation s'explique principalement par une volatilité exceptionnellement faible plutôt que par des ratios cours-bénéfices exceptionnellement élevés. Les baisses d'impôts aux Etats-Unis décidées fin 2017 ont donné un nouvel élan à l'indicateur de panique alors que les investisseurs révisaient à la hausse leurs prévisions de bénéfices. Le positionnement a également joué un rôle lorsque les marchés sont devenus euphoriques. Les actions qui se sont bien comportées dans le passé sont souvent particulièrement demandées.

A lire aussi...