USA: plus important déficit budgétaire pour un mois de mai

AWP

1 minutes de lecture

Les comptes du budget fédéral ont accusé en mai un déficit de 147 milliards de dollars, en hausse de 66% par rapport à mai 2017.

Le déficit budgétaire des Etats-Unis a continué de se creuser en mai, commençant à refléter une diminution des recettes venant notamment des impôts sur les sociétés qui ont été réduits par l’administration Trump, selon les chiffres du Trésor américain mardi.

Les comptes du budget fédéral ont accusé en mai un déficit de 147 milliards de dollars, en hausse de 66% par rapport à mai 2017. Depuis les années cinquante, c’est le troisième plus important déficit pour un mois de mai, qui s’inscrit généralement dans le rouge, a spécifié un expert du Trésor.

En données brutes, les recettes de l’Etat ont reculé en mai de 10% pour s’établir à 217 milliards de dollars, à la suite notamment d’un repli sur le mois des taxes payées par les entreprises.

Les dépenses qui s’élèvent à 364 milliards de dollars, en progrès de 11%, s’affichent comme les plus importantes dépenses de l’Etat pour un mois de mai.

Sur les huit premiers mois de l’année budgétaire, qui commence le 1er octobre, le déficit atteint 532 milliards de dollars contre 433 milliards sur la même période l’année précédente.

Sur l’ensemble de l’exercice 2016-2017, le déficit budgétaire des Etats-Unis avait grimpé de 13,6% à 666 milliards de dollars.

Le Trésor a précisé qu’ajusté de différents éléments saisonniers et de modifications dans le calendrier des recettes et dépenses, le déficit sur le mois de mai s’inscrit à 131 milliards de dollars en hausse de 48%.

Les réductions d’impôts, qui ont fait notamment passer le taux de l’impôt sur les sociétés de 35% à 21%, et les augmentations de dépenses devraient faire gonfler le déficit budgétaire américain à mille milliards de dollars d’ici deux ans, soit plus de 5% du Produit intérieur brut (PIB), selon le Bureau du Budget du Congrès (CBO). Il prévoit pour 2018 un déficit de 804 milliards de dollars, soit 4,2% du Produit intérieur brut (PIB).

A lire aussi...