USA: modeste amélioration de l’activité économique selon la Fed

AWP

1 minutes de lecture

Les chefs d’entreprises de «certaines régions ont noté une baisse des ventes au détail et de la demande pour les loisirs et l’hôtellerie», relève la Fed dans son Livre beige.

L’activité s’est modérément améliorée pour les entreprises américaines dans les dernières semaines de 2020, mais la situation reste très contrastée selon les régions et les secteurs, rapporte une enquête publiée mercredi par la Banque centrale américaine (Fed).

Ainsi, les chefs d’entreprises de «certaines régions ont noté une baisse des ventes au détail et de la demande pour les loisirs et l’hôtellerie», relève la Fed dans ce Livre beige, une enquête réalisée auprès de dirigeants d’entreprises interrogés avant le 4 janvier. Un tiers des douze régions ont observé une activité soit en déclin soit en stagnation.

Ce recul est «en grande partie» lié «à la récente flambée des cas de COVID-19 et des mesures de confinement plus strictes».

Et dans «la plupart» des régions, les achats réalisés en ligne ont continué à prendre le pas sur les magasins physiques pendant la période des fêtes.

«Bien que la perspective des vaccins contre le COVID-19 ait renforcé l’optimisme des entreprises pour la croissance en 2021, cela a été tempéré par l’inquiétude suscitée par la récente résurgence du virus et ses implications pour les conditions commerciales à court terme», a commenté la Fed.

Le secteur manufacturier a «continué à se redresser» dans presque toutes les régions, malgré des problèmes croissants d’approvisionnement.

Les banques ont vu peu ou pas de changement dans les volumes de prêts, mais s’attendent à une hausse avec les prêts du gouvernement fédéral.

Une deuxième tranche de prêts aux petites et moyennes entreprises est notamment en place depuis lundi, dans le cadre des aides adoptées par le Congrès, et de nouvelles mesures sont attendues avec l’arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche le 20 janvier.

Quant à l’emploi, il a augmenté dans la plupart des régions, mais à un rythme ralenti, a relevé la Fed, qui souligne que la situation s’est toutefois détériorée dans «un nombre croissant de régions».

Le taux de chômage de décembre a en effet stagné à 6,7%, et 140’000 emplois ont été perdus.

L’emploi a le plus grimpé dans la manufacture, la construction, et les transports, avec même certaines difficultés de recrutement, notamment de personnel qualifié.

Et, sans surprise, les loisirs et l’hôtellerie ont de nouveau dû procéder à des licenciements en raison de la recrudescence du virus et des mesures de restriction d’activité.

Certains employeurs «ont déclaré augmenter les salaires ou offrir des avantages plus généreux, comme des primes de fin d’année et des modalités de travail flexibles, pour limiter le turn-over», souligne encore le Livre beige.

A lire aussi...