Tamedia obtient gain de cause à Genève contre Pierre Maudet

AWP

1 minutes de lecture

Le conseiller d’Etat genevois souhaitait imposer à l’éditeur sa version d’un texte qui donnait la réplique à un article paru en novembre 2018 dans le Tages-Anzeiger.

Le Tribunal de première instance de Genève a confirmé la position de Tamedia contre Pierre Maudet dans un contentieux sur un droit de réponse. Le conseiller d’Etat genevois souhaitait imposer à l’éditeur sa version d’un texte qui donnait la réplique à un article paru en novembre 2018 dans le Tages-Anzeiger.

L’article incriminé, intitulé «La critique de Maudet doit se taire», évoquait le congé maladie d’une journaliste de la RTS, qui avait notamment enquêté sur le voyage de Pierre Maudet à Abu Dhabi. Selon l’article, le magistrat avait mal pris cette «curiosité critique» et était intervenu auprès de la rédaction en chef de la RTS.

À la suite de la parution de l’article, Pierre Maudet avait demandé au Tages-Anzeiger un droit de réponse qui lui a été refusé, la forme proposée par le magistrat ne convenant pas au journal. Un accord n’ayant pas pu être trouvé, le contentieux a été finalement porté devant la justice civile du canton de Genève.

La justice a conclu que la version initiale du droit de réponse transmise par Pierre Maudet ne peut pas être publiée en l’état, écrit Tamedia mardi dans un communiqué. Le Tribunal a procédé en tout à six modifications du texte. L’éditeur se réjouit surtout du fait que la justice ait supprimé du texte «une allégation non justifiée portant atteinte à l’honneur d’une journaliste romande».

Texte publié

Ainsi modifié, le droit de réponse est désormais conforme aux standards et Tamedia l’a publié, souligne l’éditeur. «Lorsque j’ai contacté» le rédacteur en chef de la RTS, c’est parce que la journaliste «ne m’avait pas confronté à des informations avant de les publier», lit-on dans le droit de réponse de Pierre Maudet au bas de l’article incriminé sur le site du Tages-Anzeiger.

«Je n’ai jamais essayé d’influencer qui que ce soit à la RTS, directement ou indirectement», poursuit le magistrat. Le journal zurichois précise ensuite que «la rédaction s’en tient à sa représentation des faits».

Le Tages-Anzeiger était disposé à publier une interview de Pierre Maudet ou à lui réserver une place dans son courrier des lecteurs. Le magistrat aurait eu encore la possibilité d’apporter des précisions à l’article contesté, mais à condition qu’il permette également à la journaliste de la RTS de s’exprimer.

A lire aussi...