Swatch encaisse une perte annuelle de 53 millions de francs

AWP

1 minutes de lecture

Le propriétaire de la marque Omega compte sur l’année 2021 pour redresser les comptes et retrouver les niveaux d’avant la pandémie. L’action clôture en baisse de 0,8%.

Le groupe horloger Swatch a enregistré en 2020, dans un contexte marqué par la pandémie, une perte nette ainsi qu’une chute de son chiffre d’affaires, malgré une amélioration au 2e semestre. Optimiste, le propriétaire de la marque Omega espère réaliser en 2021 des recettes proches de 2019.

«La direction générale prévoit à l’échelle mondiale un fort besoin de rattrapage de la consommation de montres et bijoux, à l’instar de ce qui a été observé en Chine continentale après la normalisation de la situation sanitaire. Dès que les restrictions de voyage seront assouplies ou levées, la demande va encore se renforcer», affirme Swatch.

Affectées par la fermeture des boutiques et l’absence de touristes en raison des mesures de restrictions pour endiguer la pandémie, les ventes ont diminué de 32,1% à 5,6 milliards de francs en 2020, un repli de 28,7% hors effets de change, a précisé le groupe jeudi dans un communiqué.

Au niveau de la rentabilité, la perte nette s’est inscrite à 53 millions de francs, contre un bénéfice net de 748 millions il y a un an. Le résultat opérationnel (Ebit) s’est établi à 52 millions, après 1,02 milliard en 2019, et la marge afférente est de 0,9% contre 12,4% en 2019.

Le conseil d’administration proposera un dividende par action au porteur en baisse à 3,50 francs, contre 5,50 francs. Pour la nominative, le dividende a été réduit à 0,70 franc contre 1,10 lors de l’exercice précédent.

A l’exception du dividende, les résultats publiés sont tous inférieurs au consensus AWP. Les analystes consultés anticipaient en moyenne un bénéfice net de 14 millions.

Eclaircie au second semestre grâce à la Chine

L’environnement s’est cependant amélioré en deuxième partie d’année, en particulier grâce aux emplettes des Chinois dans leur pays. La contraction des ventes s’est limitée à 14,3% sur un an après une dégringolade de 43,4% au premier semestre, le bénéfice opérationnel s’est inscrit à 379 millions avec une marge correspondante à 11,2%.

«En Chine continentale, la croissance des ventes s’est élevée à deux chiffres au deuxième semestre, ainsi que pour l’ensemble de l’année», indique Swatch.

Comme nombre de marques horlogères concurrentes, les vente en ligne du groupe ont enregistré une hausse (+70%).

Pour 2021, le chiffre d’affaires devrait s’approcher de celui de 2019 en monnaies locales et les marges devraient être «nettement» supérieures. La montre Moonwatch d’Omega, la Spirit de Longines et la T-Touch Connect de Tissot devraient notamment soutenir la performance du biennois.

Avec des ventes en recul de 32%, Swatch a «une fois encore» sous-performé par rapport aux exportations horlogères suisses qui, elles, ont reculé de seulement 22%, fait remarquer la banque Vontobel. L’analyste Rene Weber salue toutefois le fait que le résultat opérationnel soit positif et qu’un dividende sera distribué aux actionnaires malgré la perte nette.

Il s’attend à ce que la situation se redresse, mais juge les objectifs du groupe pour 2021 «très optimistes».

A la Bourse suisse, l’action au porteur Swatch s’est délestée de 0,8% à 250,80 francs, dans un SMI en recul de 0,50%.

A lire aussi...