Prudential lâche les Etats-Unis

AWP

1 minutes de lecture

La compagnie d’assurances britannique va céder ses activités US pour se concentrer sur l’Asie et l’Afrique.

L’assureur britannique Prudential a annoncé mardi vouloir céder la totalité de ses activités américaines, ce qui devrait lui permettre de récolter des milliards de dollars et de se concentrer sur ses principaux marchés en Asie et en Afrique.

Le groupe avait déjà indiqué en mars dernier vouloir vendre une part minoritaire de Jackson, sa filiale américaine spécialisée dans les retraites, via une introduction en Bourse.

Dans un communiqué, Prudential confirme vouloir procéder au premier semestre 2021 à cette entrée en Bourse mais précise désormais vouloir se désengager totalement des Etats-Unis au fil du temps.

Le groupe a dans le même temps publié des résultats pour le premier semestre plombés par la pandémie et la faiblesse des taux d’intérêt, avec un bénéfice net divisé par près de quatre à 534 millions de dollars.

Prudential a en outre laissé entendre qu’il pourrait procéder à des réductions d’effectifs.

Il veut renforcer de 70 millions de dollars d’ici 2023 ses mesures d’économies déjà annoncée de 180 millions de de dollars à partir de 2021. Cet effort supplémentaire «tiendra compte de la volonté du groupe de réduire sa taille», écrit Prudential.

L’assureur avait annoncé en juillet avoir déjà vendu à l’américain Athene l’équivalent de 11% du capital de Jackson, pour 500 millions de dollars. Cette transaction valorisait alors la totalité des activités américaines à 4,5 milliards de dollars.

Ce désengagement total «permettra au groupe de se concentrer exclusivement sur ses activités à forte croissance en Asie et en Afrique», explique Mike Wells, directeur général du groupe.

L’opération entraînera la création de deux groupes distincts, avec d’un côté Prudential, coté à Londres et Hong Kong, et de l’autre Jackson, coté aux Etats-Unis.

Prudential estime que l’Asie et l’Afrique offrent un potentiel de développement plus important, puisque le marché de l’assurance y est parfois moins dense, tandis que la demande pour les retraites, la santé ou la gestion de patrimoine est en pleine expansion.

L’assureur donne raison au fonds activiste Third Point, qui détient une part minoritaire du capital de Prudential et demandait la scission des activités américaines depuis des mois.

Prudential est désormais recentré sur ses activités d’assurance et d’épargne dans des marchés, après s’être séparé fin 2019 de M&G, qui regroupe lui la gestion d’actifs, l’assurance et l’épargne en Europe et au Royaume-Uni.

L’assureur a enfin précisé qu’il resterait implanté à Londres alors même qu’il avait évoqué en début d’année une suppression de son siège dans la capitale britannique pour faire des économies, ce qui aurait mis fin aux 172 ans d’histoire britannique du groupe.

A lire aussi...