L'or poursuit sa baisse, l'emploi américain limite les pertes

AWP

1 minutes de lecture

Sur le London Bullion Market, l’once d’or valait 1.219,39 dollars vers 14H50 GMT, contre 1.224,27 dollars le vendredi précédent.

L'or a quelque peu baissé sur la semaine, touchant même un plus bas depuis presque un an et demi vendredi, avant de se ressaisir du fait de chiffres moins bons qu'attendu sur l'emploi américain.

«Il devient assez clair que les prévisions du marché à propos de taux d'intérêt plus haut pour le dollar ont érodé l'appétit pour le métal aux rendements nuls», a expliqué Lukman Otunuga pour FXTM, alors que l'once d'or a touché vendredi 1.204,55 dollars, son plus bas depuis mars 2017.

Depuis plus de trois mois, le métal précieux décline, subissant de plein fouet la hausse du billet vert, qui renchérit le prix de l'or, libellé en dollars, pour les acheteurs utilisant d'autres devises.

Selon le rapport trimestriel du Conseil mondial de l'or, publié jeudi, la demande d'or a plongé à son plus bas niveau pour un premier semestre depuis neuf ans, plombée par le manque d'appétit des investisseurs américains et par la baisse des monnaies en Chine et en Inde.

La demande d'ETF (fonds d'investissements adossés à des stocks physiques d'or) a ainsi reculé de 46% par rapport à l'année précédente à 33,8 tonnes.

«C'est probablement l'extrême pessimisme des investisseurs financiers qui pèse le plus lourdement sur les prix de l'or», ont d'ailleurs estimé les analystes de Commerzbank.

En milieu de séance vendredi, le métal précieux s'est néanmoins quelque peu ressaisi, alors que «le décevant rapport sur l'emploi américain a affaibli le dollar», a expliqué M. Otunuga.

Selon celui-ci, le taux de chômage a légèrement baissé à 3,9% en juillet, tandis que la hausse des salaires est toujours ténue.

Surtout, les analystes s'attendaient à 190.000 créations d'emplois pour le mois dernier, alors qu'elles se sont établies à 157.000.

L'argent qui avait baissé sur la semaine, a également repris du poil de la bête vendredi, terminant à un niveau comparable à il y a sept jours.

Du côté des platinoïdes, le palladium a baissé alors que le platine a progressé.

«L'équilibre du marché du palladium devrait rester tendu l'année prochaine alors qu'il semble presque impossible d'augmenter l'offre provenant des mines en comptant sur les stocks, pour la deuxième année consécutive», ont néanmoins expliqué les analystes de Commerzbank.

Quant au platine, selon eux, ses prix ont chuté «trop brusquement» récemment.

«Le secteur automobile est probablement en train de respirer après que les Etats-Unis ont fait des concessions dans les négociations commerciales avec l'Union européenne», renonçant, au moins temporairement, à leurs menaces d'augmenter les taxes sur les véhicules importés, ont ajouté les analystes d'UniCredit.

Les deux métaux sont majoritairement utilisés dans la production de moteurs automobiles.

Sur le London Bullion Market, l'once d'or valait 1.219,39 dollars vendredi vers 14H50 GMT, contre 1.224,27 dollars le vendredi précédent vers 13H30.

L'once d'argent valait 15,53 dollars, contre 15,48 dollars il y a sept jours.

Sur le London Platinum and Palladium Market, l'once de platine s'échangeait à 841,04 dollars, contre 830,52 dollars sept jours plus tôt.

L'once de palladium valait pour sa part 919,79 dollars, contre 931,30 dollars à la fin de la semaine précédente.

A lire aussi...