Le palladium perd plus de 15%

AWP

1 minutes de lecture

Vers 17h45, l’once de palladium descendait à 1939,31 dollars à Londres. Une heure plus tôt, elle est tombée à 1656,12 dollars, soit une chute de 28%.

Le palladium dévissait jeudi et lâchait plus de 15%, retombant à un plus bas depuis octobre, dans un contexte de panique financière.

Vers 16H45 GMT (17H45 HEC), l’once de palladium valait 1939,31 dollars sur le London Platinum and Palladium Market, soit 16,21% de moins que mercredi à la clôture. Une heure plus tôt, elle est même tombée temporairement à 1656,12 dollars l’once (-28%), un niveau plus vu depuis cinq mois.

Aucun élément particulier au palladium ne semblait expliquer cette chute mais «l’humeur sur les marchés est tellement atroce que certains acteurs se débarrassent de n’importe quel actif, même ceux considérés comme des valeurs refuges», a expliqué David Madden, analyste pour CMC Markets, tandis que les bourses européennes dévissaient de plus de 10%.

Si le palladium n’est pas considéré comme une valeur refuge, il avait connu une ascension quasi-continue ces derniers mois, multipliant les records historiques. Entre début 2018 et fin février 2020, il avait ainsi pris environ 175%, porté par une demande importante et une offre limitée.

Le palladium est un métal précieux, très majoritairement utilisé dans la production automobile, en particulier pour les véhicules essence. En ce sens, il a particulièrement bénéficié depuis 2014 de l’éclatement du scandale Volkswagen, qui a vu les ventes de ce type de véhicule bondir au détriment du diesel, dans lequel le platine est utilisé.

Jeudi, vers 16H45 GMT, le platine perdait de son côté 10,79%.

A lire aussi...