Le Brésil approfondirait son enquête sur HSBC à Genève

AWP

1 minutes de lecture

Quelque 660 clients de la filiale du groupe bancaire seraient dans le viseur des autorités brésiliennes.

La police fédérale brésilienne a décidé d’approfondir son enquête contre 660 de ses résidents fiscaux suspectés d’avoir détenu des comptes ou des investissements secrets auprès de la filiale helvétique du groupe bancaire HSBC. Les infractions présumées sont principalement d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent.

Une source proche du dossier a confié mercredi à AWP qu’il s’agit exclusivement d’anciens clients de la banque privée en Suisse, celle-ci ayant clôturé tous les comptes de titulaires résidant au Brésil dans le cadre de son recentrage.

Après avoir été présente jusque dans 160 pays, HSBC Suisse a ramené ses activités de banque privée à une vingtaine de marchés, dont le Brésil ne fait plus partie. En juillet 2016, le groupe HSBC avait finalisé la cession pour 5,2 milliards de dollars de ses activités brésiliennes à Banco Bradesco, une mesure prise «dans le cadre de son objectif d’optimiser son réseau mondial et de réduire sa complexité».

EX-EMPLOYÉS ÉGALEMENT VISÉS

Selon une enquête publiée par le quotidien Globo, les autorités ont également dans le viseur 13 ex-employés de HSBC au Brésil, à qui ils reprochent d’avoir collaboré à l’ouverture de comptes secrets et à la pratique de «délits financiers».

Sollicité, l’établissement n’a pas souhaité faire de commentaire.

Les pandores fédéraux auraient identifié 9325 clients de nationalité brésilienne ayant détenu un total 15,2 milliards de dollars auprès de HSBC Private Bank à Genève entre 2006 et 2007. L’implication de citoyens brésiliens a été révélée dans le cadre de l’affaire Swissleaks, qui a vu l’ex-informaticien de la banque, Hervé Falciani, livrer des informations secrètes concernant les clients à un consortium de journalistes en février 2015.

Pour définir les cibles prioritaires, les autorités de Brasilia ont utilisé deux critères: l’importance des actifs détenus auprès de la filiale suisse de HSBC Private Banking et le fait d’être lié à plus de dix comptes, qu’il s’agisse de fonds d’investissement, de titres financiers, de contrats dérivés, de dépôts ou de tout autre type d’actifs.

La police fédérale brésilienne va maintenant analyser si les actifs détenus hors du pays avaient été dûment déclarés par les suspects aux autorités fiscales et à la banque centrale. Selon le Globo, les enquêteurs ont d’ores et déjà obtenu la suspension du secret bancaire et fiscal pour la période incriminée.

Parmi les suspects se retrouvant dans le viseur de la justice brésilienne figurent plus de 300 personnalités du monde des affaires liées aux secteurs de la construction, de l’industrie, des services financiers et du transport.

A lire aussi...