La zone euro ne connaît qu'une faible croissance économique

Communiqué, KOF

1 minutes de lecture

En recul de 0,6% au cours du troisième trimestre 2019, la production industrielle est actuellement le frein principal à la croissance.

La croissance dans la zone euro restera faible jusqu'au début de l’année 2020 annoncent les trois instituts de recherche économique ifo, KOF et Istat, basés respectivement à Munich, Zurich et Rome. Au troisième trimestre 2019, la zone euro n’a en effet enregistré qu’un taux de croissance de 0,2%, lequel atteindra seulement 0,3% au cours de chacun des deux prochains trimestres, alors qu’il avait été encore de 0,4% pendant le premier trimestre de l’année en cours.

En recul de 0,6% au cours du troisième trimestre 2019, la production industrielle est actuellement le frein principal à la croissance. Celle-ci connaîtra cependant une légère amélioration au cours des deux trimestres prochains, avec des taux de croissance respectivement de 0,2% et 0,3%.

La consommation des ménages, de surcroît stimulée par le dynamisme du marché du travail, est le moteur de la croissance. Elle devrait progresser de 0,3% au troisième comme au quatrième trimestre 2019 ainsi qu'au cours du premier trimestre 2020.

L’inflation s’établira sans aucun doute à 1,0% au troisième trimestre 2019, pour passer à 1,1% au quatrième trimestre de cette année et à 1,4% au premier trimestre 2020. Tous ces taux sont inférieurs à la valeur de quasi 2,0% visée par la Banque centrale européenne.

Les turbulences de l’ordre politique mondial, telles que les guerres commerciales, l’imminence du Brexit et les attaques militaires ciblant l'approvisionnement en pétrole, sont les principaux risques pouvant remettre en cause les prévisions annoncées. Les conséquences négatives potentielles pour le commerce mondial pourraient affecter avant tout la croissance de l'Allemagne, qui dépend tout particulièrement de l’export. Mais ces effets négatifs se feraient ensuite sentir également dans le reste de la zone euro.

 

A lire aussi...