L’obligation d’annoncer les postes vacants sans effet sur le chômage

AWP

1 minutes de lecture

En 2020, le taux de placement des Offices régionaux de placement a toutefois légèrement augmenté, signe que «les demandeurs d’emploi ont pu davantage exploiter la priorité d’information».

L’obligation d’annoncer les postes vacants, entrée en vigueur le 1er juillet 2018, n’a pas eu d’effet significatif sur le chômage et l’immigration jusqu’à maintenant. Le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) estime dans une étude que sa mise en oeuvre a toutefois été réalisée de manière efficace.

La phase d’introduction, qui a duré depuis le mois de juillet 2018 à la fin de l’année 2019, n’a pas permis d’enregistrer des effets significatifs sur le chômage et l’immigration, d’après un communiqué dévoilé par le SECO lundi.

L’institution précise que l’obligation d’annoncer les postes vacants est une mesure structurelle encore récente, qui a été mise en place alors que le chômage était bas.

En 2020, le taux de placement des Offices régionaux de placement a toutefois légèrement augmenté, signe que «les demandeurs d’emploi ont pu davantage exploiter la priorité d’information».

D’après les deux rapports de monitorage réalisés, la mise en vigueur de cette obligation a été réalisée de manière efficace et conforme au droit.

A lire aussi...