Deutsche Börse optimiste après une année turbulente

AWP

1 minutes de lecture

L’exercice 2017 de l’opérateur de la Bourse de Francfort a vu le chiffre d’affaires augmenter de 3% à 2,46 milliards d’euros.

L’opérateur boursier allemand Deutsche Börse s’est dit optimiste mercredi de croître sensiblement en 2018, après une année difficile marquée par le départ précipité de son ancien patron à cause d’un soupçon de délit d’initié.

L’exercice 2017 a vu le chiffre d’affaires augmenter de 3% à 2,46 milliards d’euros, soit moins que prévu initialement. Le bénéfice a cependant augmenté de 21%, à 874 millions d’euros, grâce à une stricte discipline sur les coûts.

Hors effets exceptionnels, la hausse du résultat net retombe à 6%, également moins bien que prévu, a détaillé Theodor Weimer, le nouveau patron de Deutsche Börse depuis janvier, lors d’une conférence de presse à Francfort.

Les performances de l’année écoulée ont été nourries par la chambre de compensation Clearstream et la plate-forme électronique de négoce Xetra, tandis que celle assise sur les dérivés, Eurex, a vu ses ventes reculer.

Mais en 2017,la Börse a surtout fait parler d’elle du fait de l’échec de la fusion envisagée avec le London Stock Exchange, dans la foulée du Brexit.

Et son patron d’alors, Carsten Kengeter, a été poussé au départ à la fin octobre dans le sillage d’une affaire de délit d’initié remontant à fin 2015.

Theodor Weimer, un ex-banquier d’investissement venu de la banque Hypovereinsbank, s’est dit optimiste pour l’exercice en cours.

Le groupe de Eschborn (ouest), près de Francfort, vise à fin 2018 une croissance organique des ventes d’au moins 5% tandis que le bénéfice doit progresser d’au moins 10%, a communiqué la Börse dès mardi soir.

«La conjoncture est dynamique en Europe, en Allemagne en particulier, le négoce des instruments financiers se déplace du gré à gré vers la Bourse et il y a ces derniers temps plus de volatilité sur le marché, tout cela nous porte», a déclaré mercredi M. Weimer.

Les actionnaires vont quant à eux recevoir un dividende de 2,45 euros par action, 10 centimes de plus qu’au titre de l’exercice 2016.

Le groupe présentera une nouvelle stratégie le 13 mai prochain. «N’attendez pas un grand chamboulement», a prévenu le patron.