Chine et USA discutent d’une levée des surtaxes douanières

AWP

1 minutes de lecture

La semaine dernière, Pékin avant annoncé une entente avec Washington pour une levée «par étapes» des droits de douane punitifs. Mais Donald Trump avait démenti.

La Chine a indiqué jeudi que la levée des surtaxes douanières était une condition préalable à tout accord partiel avec les Etats-Unis concernant leur guerre commerciale, et que des «pourparlers en profondeur» avaient lieu à ce sujet.

La semaine dernière, le ministère chinois du Commerce avait assuré que Pékin s’était mis d’accord avec Washington sur une levée «par étapes» de leurs droits de douane punitifs mutuels.

Mais le président américain Donald Trump avait démenti ces affirmations, au moment où Chine et Etats-Unis s’efforcent de finaliser un accord partiel sur leur différend commercial.

«Si les deux parties parviennent à un accord préliminaire, la levée des surtaxes douanières doit pleinement refléter l’importance de cet accord», a indiqué jeudi devant la presse le porte-parole du ministère chinois du Commerce, Gao Feng.

M. Gao a assuré que les négociateurs des deux pays discutaient «de cette question en profondeur».

La guerre commerciale entre Pékin et Washington, engagée il y a plus d’un an, s’est déjà traduite par des surtaxes douanières mutuelles portant sur des centaines de milliards de dollars d’échanges annuels.

La Chine «a souligné à plusieurs reprises que la guerre commerciale (...) devait prendre fin avec la suppression de ces droits de douane. C’est une condition importante pour que les deux parties parviennent à un accord», a martelé M. Gao.

Le président américain espérait signer un accord commercial partiel le week-end prochain avec son homologue chinois lors du sommet du Forum économique Asie-Pacifique (Apec), initialement prévu au Chili.

Mais le pays, aux prises avec une contestation sociale, a finalement renoncé à organiser l’événement. Aucun lieu ni date n’ont été avancés pour la formalisation d’un éventuel accord.

Dans un geste apparent de bonne volonté, Pékin a levé jeudi un embargo sur les volailles américaines en vigueur depuis 2013.

«La Chine est un important marché d’exportation pour les producteurs de volaille américains», a réagi depuis Washington le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer (USTR) dans un communiqué.

«Nous estimons qu’ils seront désormais en mesure d’exporter chaque année plus de 1 milliard de dollars de volaille et de produits à base de volaille en Chine», a-t-il ajouté.

Selon lui, la fin de l’embargo va soutenir «des milliers de travailleurs employés par l’industrie avicole américaine».

L’USTR rappelle que Pékin avait interdit «toutes les volailles américaines en janvier 2015 en raison d’une épidémie de grippe aviaire en décembre 2014». «Les Etats-Unis ont éradiqué cette maladie depuis août 2017», a-t-il également précisé.

Les Etats-Unis sont le deuxième exportateur mondial de volailles, avec des exportations mondiales de viande et de produits à base de volaille représentant 4,3 milliards de dollars en 2018, selon la même source.

Le Brésil est l’autre grand exportateur.

A lire aussi...