Brexit: prendre le temps pour un accord dans les prochaines semaines

AWP

1 minutes de lecture

«Il reste plusieurs sujets ouverts, dont celui de l'Irlande. Il faut plus de temps pour trouver cet accord global», a annoncé le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier.

Le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier a annoncé mardi à Luxembourg vouloir «prendre le temps» pour trouver avec Londres un accord global «dans les prochaines semaines» sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union.

«Nous avons beaucoup travaillé dans les semaines passées et dans les tous derniers jours pour trouver un accord global sur l'objectif de retrait ordonné du Royaume-Uni. Nous n'y sommes pas encore», a-t-il déclaré avant de rencontrer les 27 ministres des Affaires européennes, sans le ministre britannique, pour préparer les discussions consacrées au Brexit lors du sommet européen mercredi à Bruxelles.

«Il reste plusieurs sujets ouverts, dont celui de l'Irlande. Il faut plus de temps pour trouver cet accord global (...) Nous allons prendre ce temps calmement, sérieusement, pour trouver cet accord global dans les prochaines semaines», a-t-il annoncé.

Mandaté pour négocier cet accord, Michel Barnier va informer les ministres européens de l'état des négociations avec le Royaume-Uni et expliquer pourquoi des discussions de dernière minute ont échoué dimanche.

Les négociations continuent de buter sur les mesures à prendre pour éviter de rematérialiser une frontière physique entre l'Irlande et la province d'Irlande du Nord, partie intégrante du Royaume-Uni.

Les dirigeants de l'Union européenne écouteront mercredi soir les explications de la Première ministre britannique Theresa May et décideront ensuite de la conduite à tenir au cours d'un dîner de travail à 27.

Ils devraient se prononcer à cette occasion sur l'opportunité d'organiser un sommet extraordinaire à la mi-novembre.

«Tout est sur la table. Nous demandons à Theresa May d'examiner l'offre faite par les 27. Nous pouvons avoir un Brexit en douceur ou un Brexit dur», a averti la ministre française Nathalie Loiseau avant la réunion avec Michel Barnier.

 

A lire aussi...