Baselworld ne peut pas rembourser intégralement les exposants

AWP

1 minutes de lecture

«Rembourser l’intégralité, c’est impossible. Si je le fais, je compromets Baselworld», affirme le directeur Michel-Loris Melikoff, dans un entretien publié par le quotidien Le Temps.

La foire horlogère et joaillière Baselworld ne peut pas rembourser intégralement les frais engagés pour l’édition 2020 par les exposants, comme l’exigent ces derniers, la manifestation ayant été annulée en raison du coronavirus.

«Rembourser l’intégralité, c’est impossible. Si je le fais, je compromets Baselworld. Pourtant, après une telle annus horibilis, l’industrie aura besoin d’une plateforme pour vendre ses produits», affirme le directeur Michel-Loris Melikoff, dans un entretien publié mercredi par le quotidien Le Temps.

Dans une lettre dévoilée mardi notamment par le journal genevois, les exposants suisses ont exprimé leur «insatisfaction» par rapport aux solutions de remboursement mises en place par la foire et ont menacé de ne plus présenter leurs nouveautés à Bâle.

MCH, le propriétaire de Baselworld, a indiqué avoir déjà engagé des frais de 18,36 millions de francs pour cette édition 2020. Ce montant avait été alloué à la production du salon, aux salaires et la location des halles.

«Comprenez que la décision d’annuler la manifestation est survenue à trois jours du début du montage, la quasi-totalité des frais étaient engagés», a expliqué Michel-Loris Melikoff.

Les marques ont quant à elles déjà versé 20 millions de francs au total.

Ouvert à la discussion

L’organisateur a proposé deux options de remboursement pour les exposants. La première permet de «transférer 85% des montants facturés en 2020 pour la prochaine édition» et la foire garderait les 15% restants pour couvrir ses coûts. La seconde propose un remboursement en cash à 30%, tandis que 40% sont transférés à l’édition 2021 de Baselworld et les 30% restant servent à «couvrir partiellement les coûts déjà engagés» par MCH.

Même si les horlogers acceptent la première variante, l’organisateur ne couvrira qu’un tiers des frais engagés avec les remboursements et s’acquittera du reste lui-même, selon M. Melikoff

«Pour MCH, il faudra un à deux ans pour compenser cet exercice et retrouver la rentabilité. Réalisez bien que Baselworld est aussi en mode survie», relève le responsable.

Tout en soulignant que le remboursement intégral est «pratiquement impossible», le directeur s’est dit ouvert à la discussion avec les marques. «Si une autre solution est viable, nous la prendrons en compte.»

L’édition 2021 de Baselworld se tiendra en janvier tandis que Watches & Wonders Geneva (ex SIHH) aura lieu en avril, comme prévu initialement. Avant l’annulation des deux événements en raison du Covid-19, ils devaient se tenir, l’un après l’autre, fin avril pour Bâle et début mai pour Genève dans un souci de coordination.

«Notre choix du mois de janvier n’est que pour 2021. Nous pensons toujours qu’une coordination doit se rétablir le plus vite possible», a déclaré le patron de la foire rhénane.

A lire aussi...