Analyse de référence ACE: la SERV en tête de classement

Communiqué, SERV

1 minutes de lecture

«La SERV n’a cessé d’améliorer sa productivité au cours des dernières années», s'est félicitée Barbara Hayoz, présidente du conseil d’administration de la SERV.

Avec le Secrétariat d’État à l’économie SECO, la SERV a commandé la réalisation d’une étude de référence sur les agences de crédit à l’exportation publiques (ACE). La SERV a obtenu des résultats globalement bons à très bons et elle se place en tête du classement en comparaison internationale dans différents domaines. Il est toutefois indispensable de constamment se développer pour continuer à soutenir activement les exportateurs suisses.

À l’été 2020, avec le Secrétariat d’État à l’économie SECO, la SERV a chargé une société de conseil externe de réaliser une analyse de référence sur les agences de crédit à l’exportation publiques (ACE). L’apprentissage systématique des autres ACE permet à la SERV de développer de nouvelles stratégies et d’agir de manière encore plus efficace sur la base d’un modèle de référence éprouvé pour les assurances contre les risques à l’exportation.

Barbara Hayoz, présidente du conseil d’administration de la SERV: «La SERV n’a cessé d’améliorer sa productivité au cours des dernières années.» En comparaison internationale avec les autres ACE, la SERV a obtenu des valeurs d’efficacité très bonnes à excellentes dans de nombreux domaines. Pour qu’elle puisse se maintenir en tête, il est toutefois indispensable qu’elle continue de se développer. Si la Suisse entend aussi soutenir activement ses exportateurs à l’avenir, elle va se heurter de plus en plus à un conflit d’objectifs. D’une part, il faut préserver le principe de subsidiarité, très important en Suisse. D’autre part, il existe un risque que les mesures de soutien très développées d’autres Etats placent les exportateurs suisses dans une situation systématiquement désavantageuse par rapport à leurs concurrents étrangers.

Peter Gisler, directeur de la SERV: «La SERV doit passer du statut d’insurer of last resort à celui de trade facilitator pour que les exportateurs suisses puissent rester compétitifs à l’avenir.» Un pas a déjà été fait dans cette direction avec le Pathfinding ACE, introduit il y a deux ans, grâce auquel la SERV entend aider les PME à accéder à des projets d’infrastructure étrangers. Mais d’autres mesures visant à la promotion et au soutien de l’économie des exportations suisses sont également à l’étude. Notamment le développement de la gamme de produits, comme l’adaptation de l’assurance de crédit de fabrication ou la réactivation et la refonte de la garantie des investissements.

A lire aussi...