Allemagne: l’industrie rebondit en janvier avant l’aggravation du coronavirus

AWP

1 minutes de lecture

Après un recul de 2,2% en décembre, contre 3,5% annoncé initialement, la production industrielle allemande s’est reprise de 3,0% en janvier sur un mois.

La production industrielle allemande a sensiblement rebondi en janvier sur un mois, soit avant que la propagation du coronavirus n’atteigne son niveau actuel, selon des chiffres publiés lundi par l’institut Destatis.

Après un recul de 2,2% en décembre, contre 3,5% annoncé initialement, la production industrielle allemande s’est reprise de 3,0% en janvier sur un mois.

Dans le détail, l’industrie a augmenté sa production de 2,9%, tirée par les biens intermédiaires et d’équipement, et la construction de 4,7% sur un mois.

Après le rebond des commandes industrielles également observé en janvier, «le premier trimestre ne va pas aussi mal que nous le craignions», mais «les vrais défis arrivent», commente Jens-Oliver Niklasch, économiste chez LBBW.

Une allusion à l’incidence attendue du coronavirus qui fait craindre une prolongation de la récession dans l’industrie allemande, déjà observée depuis six trimestres cosnécutifs, et au-delà de l’ensemble du PIB de la première puissance européenne.

Le gouvernement allemand a lui réagi, annonçant lundi matin un paquet de mesures visant à soutenir son économie.

Les principales mesures économiques concernent le recours facilité pour les entreprises en difficulté au chômage partiel de leurs salariés, l’octroi de prêts en cas de difficultés de trésorerie et le blocage d’une enveloppe supplémentaire de 12,8 milliards d’euros sur quatre ans pour des investissements d’infrastructure.

Côté balance commerciale, l’Allemagne a enregistré un excédent de 18,5 milliards d’euros en janvier, en léger recul après les 19,2 milliards d’euros affichés en décembre, selon des données corrigées des variations saisonnières publiées également lundi par Destatis.

Les exportations, à 106,5 milliards d’euros, ont été stables sur un mois tandis que les importations ont augmenté de 0,5% à 92,7 milliards d’euros.

En données brutes, les exportations ont reculé de 2,1% sur un an, et notamment de 16% en direction du Royaume-Uni, qui est sorti fin janvier de l’Union européenne, tandis qu’elles ont fléchi de 6,5% vers la Chine.

A lire aussi...