Tokyo recule malgré une séance haussière

AWP

1 minutes de lecture

A l'issue de la séance, la première de la semaine (lundi était férié au Japon), le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 0,65% (-137,94 points) à 21.244,68 points. Il avait dévissé de plus de 8% la semaine dernière.

La Bourse de Tokyo, toujours fébrile, a fini mardi en baisse après avoir pourtant passé une grande partie de la séance dans le vert, dans la foulée du rebond des autres marchés mondiaux.

A l’issue de la séance, la première de la semaine (lundi était férié au Japon), le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 0,65% (-137,94 points) à 21.244,68 points, son niveau le plus bas depuis octobre. Il avait dévissé de plus de 8% la semaine dernière, en plein tumulte des places financières du fait de craintes sur la perspective d’un changement d’environnement monétaire.

L’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a lui reculé de 0,88% (-15,19 points) ce mardi, à 1.716,78 points.

Sur le volet des changes, le regain de la monnaie nippone a pesé sur le moral des investisseurs: le dollar s’affichait ainsi à 108,25 yens au moment de la clôture, contre 108,96 yens vendredi, tandis que l’euro fléchissait à 133,33 yens, contre 133,55 yens.

«Certains acteurs ont empoché leurs bénéfices en fin de séance, ce qui montre qu’ils demeurent prudents malgré les gains de Wall Street», a commenté Hikaru Sato, analyste de Daiwa Securities, interrogé par l’AFP.

Du côté des valeurs, le fabricant japonais d’appareils photos, d’équipements médicaux et scientifiques Olympus, qui avait fait état vendredi de résultats en forte progression, a résisté à la volte-face du marché (+0,36% à 4.130 yens).

Idem pour le spécialiste des textiles techniques et fibres de carbone Toray, dont l’action a signé un bond de 3,81% à 1.062 yens grâce à un relèvement de recommandation par une maison de courtage.

Autres titres en hausse, le pionnier des jeux vidéo Nintendo a avancé de 2,46% à 44.400 yens, et le géant des télécoms SoftBank Group a gagné 2,08% à 8.992 yens.

A l’inverse, le titre Pioneer a plongé de 10% à 198 yens. Le groupe d’équipements audiovisuels a abaissé vendredi ses prévisions financières: il redoute désormais de finir l’exercice 2017/18 dans le rouge et ne versera donc pas de dividende à ses actionnaires.

Fujifilm Holdings a également reculé (-3,22% à 4.316 yens), alors que son projet de prise de contrôle de son partenaire Xerox a essuyé les foudres de deux importants actionnaires du groupe américain, Carl Icahn et Darwin Deason. Avec une participation combinée d’environ 15%, ils ne paraissent toutefois pas en mesure de faire dérailler l’opération, selon un analyste cité par l’agence Bloomberg News.

Parmi les autres titres phare de la cote, le secteur automobile a fait pâle figure (Toyota -2,53% à 7.276 yens, Nissan -0,88% à 1.117,5 yens), tout comme le fleuron de l’électronique Sony (-1,44% à 5.099 yens).