Les marchés européens optimistes en attendant un nouveau plan US

AWP

1 minutes de lecture

Seule la Bourse de Francfort se montre plus réservée et termine en légère baisse.

Les marchés européens ont gardé l’espoir jeudi de voir se concrétiser sans plus tarder un nouveau plan de relance aux Etats-Unis, la Bourse de Francfort se montrant toutefois plus réservée.

Le Dax, son indice vedette a reculé de 0,23% tandis que les autres places européennes ont fini sur une hausse fragile.

A la clôture européenne, le vert dominait aussi à Wall Street, dans la perspective d’avancées sur un nouveau plan d’aide économique.

Le marché des taux d’intérêt des pays de la zone euro a pour sa part peu bougé.

«Les investisseurs ont les yeux rivés sur le Congrès et sur la partie de ping-pong entre Londres et Bruxelles», soulignent les experts d’Aurel BGC.

L’accord sur la relation future entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne post-Brexit va se jouer dans les prochaines semaines, tout comme le scrutin présidentiel aux Etats-Unis qui se tiendra le 3 novembre.

Cette élection, dont l’issue est incertaine, intervient à un «moment particulier, où l’économie est durement touchée par l’épidémie, ce qui nécessite une action publique de soutien rapide», souligne de son côté Jean-Marie Mercadal, directeur général délégué chez OFI AM.

Les positions des démocrates et républicains au Congrès étaient si éloignées au départ qu’un accord est difficile à trouver.

«Même s’il y a eu des hauts et des bas, l’état d’esprit relatif au plan de soutien américain est positif», relève cependant David Madden, analyste pour CMC Markets.

Les dernières statistiques américaines montrent que le retour au plein emploi sera long aux Etats-Unis et témoignent d’un ralentissement de l’activité du secteur manufacturier en septembre.

VOLATILITE ACCRUE

La consolation provient du côté de la consommation, moteur de la croissance américaine: les dépenses des ménages ont augmenté plus que prévu en août (+1%) mais leurs revenus ont baissé plus qu’escompté (-2,7%), certaines aides gouvernementales ayant expiré.

En zone euro, l’activité du secteur privé a stagné en septembre à cause d’une hausse des cas de coronavirus, selon la première estimation mercredi de l’indice PMI.

Grain de sable dans la dynamique de reprise de l’activité, le réveil du Covid-19 a aussi fait renouer les marchés financiers avec une phase plus volatile.

LE SECTEUR PETROLIER SOUFFRE

La rechute des prix de l’or noir a fait souffrir les valeurs du secteur pétrolier et parapétrolier. A Paris, Total a perdu 2,43% à 28,49 euros. A Londres, BP a perdu 3,11% à 218,20 pence et Royal Dutch Shell (action «B») 3,50% à 907,30 pence.

COMMOTION POUR BAYER

Le géant de la chimie a été sanctionné (-13,07% à 46,34 euros) après l’annonce, mercredi soir, d’une dépréciation de plusieurs milliards d’euros dans sa division agrochimie et d’un nouveau programme de 1,5 milliard d’euros d’économies. Le groupe a notamment fait état d’une «baisse de la perspective de croissance» du secteur agricole, conséquence de la situation sanitaire.

Les indices en bref

Paris - CAC 40 : +0,43% à 4.824,04 points
Francfort - Dax : -0,23% à 12.730,77 points
Londres - FTSE 100 : +0,23% à 5.879,45 points
Milan - FTSE MIB : +0,24% à 19.061,50 points
Lisbonne - PSI 20 : +0,96% à 4.106,16 points
Zurich - SMI : +0,50% à 10.238,12 points
Madrid - IBEX 35 : +0,21% à 6.730,70 points
Amsterdam - AEX : +0,52% à 550,54 points
Bruxelles - Bel 20 : +0,04% à 3.236,79 points

A lire aussi...