Les marchés européens en ordre dispersé

AWP

1 minutes de lecture

Après avoir remonté la pente dans l’après-midi, Francfort a finalement perdu 0,51%, Londres 0,53% et Paris 0,59%.

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mercredi, les principales places reculant dans les ultimes échanges pour la dernière séance du trimestre.

Après avoir remonté la pente dans l’après-midi, Francfort a finalement perdu 0,51%, Londres 0,53% et Paris 0,59%.

Les places européennes avaient été dynamisées par de «bonnes nouvelles» venues des Etats-Unis lors de l’après-midi, explique à l’AFP Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France.

Les chiffres de l’emploi, de la production industrielle et des promesses de vente de logements ont tous agréablement surpris et dépassé les attentes des analystes.

De plus, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a affirmé mercredi qu’il avait «l’espoir» de parvenir à «un compromis raisonnable» avec les démocrates au sujet du plan de relance, qui est négocié depuis la fin du mois de juillet.

En fin de séance, les incertitudes ont pourtant rattrapé les marchés. Sur le plan géopolitique, M. Mnuchin a de nouveau évoqué l’interdiction de l’application chinoise TikTok, qui pourrait être active dès dimanche sur le territoire américain.

Par ailleurs, les cas de Covid-19 continuent d’augmenter et d’inquiéter les marchés car ils font courir le risque d’un ralentissement de la reprise économique.

L’élection américaine a aussi incité à la prudence, au lendemain d’un premier débat tendu entre les deux candidats Joe Biden et Donald Trump.

Le marché des taux d’intérêt des pays de la zone euro est quant à lui resté stable.

PéTROLE: TOTAL POSITIF POUR L’AVENIR, SHELL NéGATIF

Le PDG de Total, Patrick Pouyanné, a affiché sa volonté mercredi que le géant français vive «une décennie de transformation» et devienne «un groupe multi-énergies», lors d’une journée pour les investisseurs. Les perspectives, et l’assurance que le prix du baril de pétrole à 40 dollars n’affectera pas les dividendes, ont contribué au net rebond de 3,07% à 29,20 euros.

A l’inverse, le géant pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell a annoncé qu’il prévoyait de supprimer 7.000 à 9.000 postes dans le cadre d’une vaste restructuration pour réduire ses coûts face à la chute de la demande et des cours du pétrole. Il a reculé de 1,70% à 940,20 pence.

VEOLIA REVIENT à LA CHARGE POUR SUEZ

Suez (+5,93% à 15,81 euros) a une nouvelle fois repoussé mercredi les propositions «floues» de son concurrent Veolia, qui avait dévoilé un peu plus tôt une offre améliorée et des concessions pour racheter les 29,9% du groupe détenus par Engie.

Engie, qui devait étudier cette offre améliorée dans la journée lors de son conseil d’administration, montait de 1,24% à 11,42 euros tandis que Veolia prenait 0,55% à 18,42 euros.

Les indices en bref

Paris - CAC 40 : -0,59% à 4.832,07 points
Francfort - Dax : -0,51% à 12.760,73 points
Londres - FTSE 100 : -0,51% à 5.866,10 points
Milan - FTSE MIB : -0,24% à 19.015,27 points
Lisbonne - PSI 20 : +0,84% à 4.067,02 points
Zurich - SMI : -0,41% à 10.187,00 points
Madrid - IBEX 35 : +0,05% à 6.716,60 points
Amsterdam - AEX : -0,22% à 547,70 points
Bruxelles - Bel 20 : +0,02% à 3 .235,44 points

A lire aussi...