Les Bourses européennes temporisent

AWP

1 minutes de lecture

L’Eurostoxx clôture en recul de 0,73%.

Les Bourses européennes ont repris leur souffle mardi, les incertitudes liées au Brexit et au futur accord commercial sino-américain reprenant le dessus après l’embellie des derniers jours.

«Nous avons franchi le cap des 6’000 points hier sur le CAC 40 et aujourd’hui, il faut vraiment trouver des arguments pour aller plus haut», a souligné auprès de l’AFP Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

«Il y a un questionnement de la part des investisseurs pour savoir quels vont être les catalyseurs pour justifier d’aller plus loin».

Annoncé vendredi, l’accord commercial sino-américain n’a ainsi encore débouché sur aucun détail concret, certain craignant même un retournement sur ce dossier.

Le marché s’inquiète également de la pression exercée par Boris Johnson pour négocier d’ici la fin 2020, dans un délai jugé très court, les nouveaux rapports du Royaume-Uni avec l’Union Européenne, ce qui ravive les craintes d’un +hard Brexit+ et ce qui a fait déraper lourdement la livre.

Par la voix de Michel Barnier, l’UE s’est contenté de répondre qu’elle ferait «le maximum» pour conclure dans les temps un accord commercial post-Brexit avec le Royaume-Uni.

A 18H30 (17H30), Wall Street restait encore sur l’enthousiasme de la veille. Le Dow Jones Industrial Average progressait de 0,30% et l’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,05%. L’indice élargi S&P 500 grimpait de 0,13%.

L’Eurostoxx a perdu 0,73%.

Du côté des valeurs

LES DEFENSIVES SOLIDES

Profitant de leur profil de valeurs défensives, EON (+1,48% à 9,68 euros), Munich Re (+0,79% à 267,30 euros), RWE (+0,68% à 26,46 euros) et Allianz (+0,63% à 222,60 euros) ont fini en haut du tableau à Francfort.

L’AUTO DEROULE

Après la publication de statistiques des constructeurs automobiles européens, Peugeot a pris 0,87% à 22,11 euros tandis que Renault a progressé de 1,29% à 43,60 euros. En novembre, Renault a vu ses immatriculations de voitures particulières neuves progresser de 4,3% dans l’Union européenne, mais celles de PSA se sont contractées de 7,2%.

SUITE DES DEBOIRES DE BOEING

Airbus a gagné 1,76% à 131,50 euros après l’annonce du constructeur américain Boeing qu’il va suspendre, à partir de janvier, la production de son avion vedette, le 737 MAX, faute d’avoir obtenu l’aval des autorités aériennes pour le faire voler à nouveau. En revanche, Safran, co-fabricant du moteur de l’appareil, a perdu 1,52% à 139,40 euros.

Les indices en un coup d’oeil

Paris - CAC 40: -0,39% à 5.968,26 points
Francfort - Dax: -0,89% à 13.287,83 points
Londres - FTSE 100: +0,08% à 7.525,28 points
Milan - FTSE MIB: +0,45% à 23.630,77 points
Madrid - IBEX 35: -0,67% à 9.615,90 points
Lisbonne - PSI 20: -0,04% à 5.218,84 points
Bourse suisse - SMI: -0,03% à 10.538,89 points
Amsterdam - AEX: -0,73% à 606,23 points
Bruxelles - BEL 20: -0,35% à 3.963,81 points

A lire aussi...