Le taux obligataire US à 10 ans grimpe au-dessus de 1,53% avec Powell

AWP

1 minutes de lecture

Le président de la Fed a réitéré l’engagement de la banque centrale américaine envers une politique monétaire très accommodante.

Le rendement sur les bons du Trésor à 10 ans a bondi au-dessus de 1,53% jeudi après l’intervention du patron de la Banque centrale américaine Jerome Powell, qui a réitéré l’engagement de la Fed envers une politique monétaire très accommodante.

M. Powell a estimé que le marché du travail américain ne retrouverait pas le plein emploi cette année, une des conditions que s’est donnée la Fed pour relever les taux d’intérêt.

Il a balayé les craintes d’une trop forte inflation à venir, indiquant toutefois qu’une hausse des prix provisoire pourrait se produire.

A Wall Street, la Bourse de New York s’est immédiatement enfoncée dans le rouge, le Nasdaq, où sont concentrées les grandes valeurs technologiques, lâchant plus de 2% à 18H30 GMT.

Les marchés sont nerveux depuis plusieurs semaines quant à un retour de l’inflation alors qu’une forte croissance économique se profile aux États-Unis dans les mois à venir avec les vaccinations et le plan de relance.

Ils semblaient espérer un changement de ton de la part de la Fed, notamment un signe que la Banque centrale pourrait modifier le profil de ses achats d’actifs, en vendant ses titres à courte maturité pour acquérir des bons à plus longue maturité et calmer la hausse des rendements.

«M. Powell a dit que la Fed serait vigilante aux conditions du marché et qu’elle ne ferait pas la bêtise de laisser courir l’inflation comme dans les années 70, mais il n’a pas dit qu’il était prêt à introduire des mesures concrètes pour faire stopper la vente des bons», a commenté Karl Haeling de la banque LBBW.

Les rendements évoluent en sens inverse des prix des obligations. Une hausse des taux est donc le synonyme d’un important mouvement de vente des bons du Trésor.

«On ne sait pas si c’est une réaction impulsive de déception des marchés ou si on entre dans une nouvelle phase de hausse des taux obligataires», a conclu l’expert de LBBW. «Les investisseurs sont inquiets du fait que le taux à 10 ans risque de monter autour de 1,75% avant que la Fed ne fasse quelque chose», a-t-il ajouté.

A lire aussi...