Hong Kong en net recul à cause de la livre turque

AWP

1 minutes de lecture

L’indice Hang Seng abandonne 1,52% (ou 430,05 points), à 27’936,57 points à la clôture. Shenzhen en hausse.

La Bourse de Hong Kong a plongé lundi de près de 2% sur fond d’inquiétudes des marchés mondiaux quant aux répercussions de la crise financière qui secoue la Turquie sur l’économie mondiale.

L’indice Hang Seng de Hong Kong a dégringolé de 1,52% (ou 430,05 points), à 27’936,57 points.

En Chine continentale, l’indice composite de Shanghai a cédé 0,34% (soit 9,44 points) à 2’785,87 points. Celui de Shenzhen a lui progressé de 0,31% (4,75 points) à 1’520,71 points.

«Les investisseurs sont inquiets de l’impact de la crise turque sur la stabilité de l’économie et du système financier mondial,» a indiqué auprès de Bloomberg News Ken Chen, analyste de KGI Securities Co.

L’effondrement de la livre a ajouté une pression supplémentaire sur les investisseurs déjà à cran à cause de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.

La monnaie turque a plongé à son plus bas historique dans les échanges asiatiques à 7,2362 livres pour un dollar dimanche à 19H51 GMT avant de se reprendre avec l’annonce d’un plan de riposte par Ankara.

La banque centrale de Turquie a annoncé lundi qu’elle prendrait «toutes les mesures nécessaires» pour assurer la stabilité financière, fournissant «toutes les liquidités nécessaires aux banques».

Elle a révisé les taux de réserves obligatoires pour les banques, et indiqué qu’environ 10 milliards de livres, 6 milliards de dollars et l’équivalent de 3 milliards en or de liquidités seraient injectés dans le système financier.

La crise turque s’est accélérée fin juillet lorsque la banque centrale a décidé de maintenir son taux directeur inchangé, contre l’avis des marchés, sur fonds de crise diplomatique avec les Etats-Unis.

«La situation turque va probablement être le thème dominant de la semaine», ont commenté dans une note les analystes d’Okasan Online Securities.

«Le ‘Turkey choc’, provoqué par de fortes baisses de la livre, alimente les craintes d’une contagion aux institutions financières en Europe», ont-ils souligné.

Les pertes à Hong Kong ont concerné tous les secteurs. Parmi les valeurs énergétiques, CNOOC a perdu 2,04% à 12,50 dollars de Hong Kong (HKD) et PetroChina 2,02% à 5,81 HKD.

L’exploitant de casinos Galaxy Entertainment a chuté de 2,61% à 57,85 HKD, le géant de l’internet Tencent a baissé de 2,43% à 361 HKD et Sun Hung Kai Properties a perdu 0,99% à 120,20 HKD.

China Mobile a reculé de 1,95% à 70,45 HKD et l’assureur AIA de 1,59% à 68,15 HKD.

Après une ouverture en forte baisse, les places de Chine continentale ont limité la casse en séance.

Le yuan a poursuivi sa dévaluation face au dollar à 6,8629 yuans pour un dollar, son plus bas niveau depuis mai 2017.

La banque centrale chinoise avait indiqué la semaine dernière qu’elle maintenait une politique monétaire neutre et prudente, sans volonté d’utiliser le taux de change du yuan comme arme dans la guerre commerciale.

Les chiffres de la production industrielle chinoise sont attendus pour mardi.

Le secteur de l’électronique a terminé en hausse, la société de télécommunications ZTE s’est appréciée de 6,14% à 15,39 yuans et le fournisseur de lentilles pour smartphone Shenzhen O-film Tech a gagné 1,98% à 17,50 yuans.

Les banques ont en revanche perdu du terrain à Shangai. CITIC Bank a abandonné 1,51% à 5,86 yuans et China China Construction Bank a perdu 2,63% à 6,67 yuans.

A lire aussi...