Des Marchés et des Dieux

Présélection prix Turgot 2018

1 minutes de lecture

Stéphane Foucart, Editions Grasset.

Stéphane Foucart est journaliste scientifique et chroniqueur au journal Le Monde.

L'avis du Club de présélection du prix Turgot
Christian Chouffier

L’économie aurait-elle remplacé les religions affaiblies par les Lumières et le développement scientifique? Serait-elle «l’Auctoritas» moderne?

Le Marché et les marchés seraient ils les dieux d’un nouveau polythéisme?  L'auteur constate que cette nouvelle religion de l'économie qu'il baptise «agorathéisme» possède ses temples, les bourses; ses grands prêtres, les directeurs de banque centrales; son clergé, les spécialistes de l'économie et de la finance qui essayent de décrypter les phénomènes mystérieux qui interviennent dans le monde économique.

Sa comparaison avec la religion romaine ou d'autres religions actuelles hors celles dites «du livre» ou le rapport aux dieux est plus celui d'une série de tractation qu'une soumission est assez parlante même si elle doit horrifier tout économiste néoclassique. L'auteur, plutôt spécialisé dans les sciences expérimentales, ne remet cependant pas en cause les bienfaits apportés par l'économie de marché dans les deux derniers siècles, mais constate que l'utilisation de la croissance du PIB comme indicateur principal du progrès économique, ce qui suppose une croissance infinie, dans un monde fini, ne prends pas en compte notre bilan et  les externalités nombreuses négatives qui viennent éroder notre patrimoine collectif.  Il réhabilite en ce sens le rapport du club de Rome, the limits to growth.

Devant la prise de conscience des problèmes que pose la croissance à tout prix en termes écologique il en vient en conclusion à penser que la religion économique est déjà en train de s'affaiblir au profit sans doute d'une religion écologique avec ses mystères, ses dieux et son clergé car l'homme a besoin d'une religion au sens le plus large pour expliquer ce qu'il ne comprend pas.