Investir dans l’immobilier dans un monde qui change

Mansour Khalifé, MNK Partners

1 minutes de lecture

La crise du COVID-19 a forcé à revoir la façon d’envisager les bureaux, les transports, et même jusqu’aux manières d’habiter chez soi.

Le monde dans lequel nous sommes entrés, suite à la crise provoquée par le COVID-19 semble à l’évidence plus complexe que jamais. Les investisseurs se demandent à raison s’ils doivent repenser leur stratégie d’investissement tant pour protéger leurs actifs existants que pour les faire prospérer. Cette problématique est vraie quelle que soit la classe d’actifs: longtemps, les actifs immobiliers liquides comme réels paraissaient très sûrs, mais aujourd’hui, face à l’incertitude et aux profondes transformations du monde, les investisseurs cherchent des stratégies d’investissement très ciblées et une allocation bien pensée et réactive.

L’investissement en immobilier nécessite de comprendre les interactions entre les actifs et les usages, présents ou à venir. La matière est complexe et évolutive: la crise actuelle du COVID-19 a forcé à revoir la façon d’envisager les bureaux, les transports, et même jusqu’aux manières d’habiter chez soi.

La Pologne présente des perspectives intéressantes,
notamment du fait du fort développement économique et démographique du pays.

Si certaines tendances ont pu émerger tels que le télétravail par exemple, d’autres fondamentaux demeureront. Dans ce contexte agité et complexe lié à la crise sanitaire, les marchés immobiliers offrent de nombreuses opportunités d’investissements, ce qui devrait se maintenir dans les prochains mois.

Quelles sont les bonnes règles à suivre pour défendre et faire fructifier son portefeuille immobilier?

  • Règle 1: bien sûr diversifier: l’immobilier est un monde vaste, avec des cycles qui divergent entre les bureaux, le commerce, les hôtels, la santé etc.
  • Règle 2: élargir ses territoires d’investissements; aujourd’hui l’Europe en général présente un ensemble relativement sécurisé sur le plan macro-économique et réglementaire et les pays d’Europe de l’Est offrent dans cet ensemble des perspectives très attrayantes. La Pologne, par exemple, présente des perspectives intéressantes, notamment du fait du fort développement économique et démographique du pays.
Les «gagnants» seront ceux qui auront investi, sur la durée, sur leur capacité
à comprendre les marchés et à les analyser au plus près.
  • Règle 3: fonder son portefeuille sur des investissements «core» c’est-à-dire qui ont vocation à être à la fois résilients et performants, dans des localisations à fort potentiel telles que, par exemple l’Irlande, l’Europe de l’Est (et notamment la Pologne) ou le Portugal, entre autres, visant des rendements sécurisés tout en assurant une conservation du capital sur le long terme.
  • Règle 4: intégrer de l’immobilier coté dans votre portefeuille. Par exemple, les foncières cotées ont présenté beaucoup d’intérêt ces derniers mois et une liquidité certaine: beaucoup d’entre elles avaient mal réagi à la crise boursière de 2020, offrant des points d’entrée pour des valeurs alliant solidité et rendement.
  • Règle 5: gérer son patrimoine immobilier comme un portefeuille de valeurs mobilières c’est-à-dire avec une allocation d’actifs.

Les «gagnants» seront ceux qui auront investi, sur la durée, sur leur capacité à comprendre les marchés, à les analyser au plus près, de manière à être à la fois réactifs, proches du réel, et en même temps au service d’une conviction de long terme, et d’une capacité à discerner le coup d’après.
Cela signifie avoir de solides convictions, en dehors du consensus parfois!