Avec la crise, les Suisses recherchent des logements plus grands

AWP

1 minutes de lecture

Malgré la facilitation du télétravail et les loyers plus attractifs, il n’y a cependant pas eu de fuite vers la campagne, remarque le directeur de l’Office fédéral du logement Martin Tschirren.

La demande pour des logements plus grands est sensiblement plus élevée qu’avant la pandémie, a indiqué vendredi Martin Tschirren, directeur de l’Office fédéral du logement (OFL), devant les médias. Il n’y a en revanche pas de fuite vers la campagne, où les loyers sont moins élevés.

Avec la pandémie de coronavirus, les Suisses ont passé plus de temps chez eux, a-t-il précisé. Le logement n’a pas seulement servi aux repas et au repos, mais également au travail et aux loisirs. La demande en appartements plus grands ou avec balcons ou pour des maisons a augmenté.

Malgré la facilitation du télétravail et les loyers plus attractifs, il n’y a cependant pas eu de fuite vers la campagne, a poursuivi Martin Tschirren. Le marché reste tendu en ville.

La question devra toutefois être étudiée plus en détail dans le prochain monitoring sur le sujet. Il s’intéressera aussi au marché des bureaux. Selon Martin Tschirren, le télétravail va gagner du terrain. Mais il n’y aura pas de changement radical.

Les entreprises devraient réfléchir avant de vouloir économiser des coûts en réduisant les surfaces de travail, a-t-il continué. La baisse de productivité et de créativité qu’engendre parfois le télétravail induit également des coûts. De plus, les exigences qualitatives des bureaux sont élevées.

A lire aussi...