Zurich Insurance a déjà déboursé 280 millions pour le Covid-19

AWP

1 minutes de lecture

L’assureur anticipe une facture de l’ordre de 750 millions sur l’ensemble de l’exercice en cours.

Zurich Insurance a déjà comptabilisé pour 280 millions de dollars de prestations dommages liées à la pandémie de Covid-19 sur les trois premiers mois de l’année. L’assureur anticipe une facture de l’ordre de 750 millions sur l’ensemble de l’exercice en cours, mais souligne que cette appréciation demeure hautement conditionnelle.

La division Propriété et dommages a dégagé pour 9,68 milliards de dollars de primes brutes, en hausse de 5% sur un an. Vie par contre a essuyé une contraction de 19% à 958 millions et Farmers Exchanges une érosion de 1% à 5,14 milliards, énumère un compte-rendu intermédiaire publié jeudi.

Le groupe zurichois assure disposer toujours d’une robuste réserve de liquidités, malgré des indicateurs afférents en baisse. Le ratio Z-ECM compilé selon les critères propres de la firme a chuté de 28 points de pourcentage à 101% et le ratio de solvabilité sur la base du Swiss solvency test de 23 points à 198%.

Pas de débordement sur 2021

«L’impact des déclarations liées à la pandémie de Covid-19 et l’accès de faiblesse marqué sur les marchés financiers devrait rester confiné à 2020», a assuré le directeur financier George Quinn, cité dans le rapport. L’évolution des marchés et le ralentissement économique laisseront des traces sur les recettes comme sur la rentabilité, dont l’ampleur dépendra notamment de la persistance de la crise.

Les analystes se montraient soulagés par la clarté des perspectives brossées par l’assureur sur les implications de la Covid-19.

Goldman Sachs accueille une performance «rassurante» sur les trois premiers mois de l’année. Plus de 99% des polices pour interruptions d’activité de Zurich excluent toute couverture de la Covid-19, souligne le mastodonte bancaire américain.

La Banque cantonale de Zurich salue pour sa part un niveau de fonds propres confortable. Jefferies apprécie la présentation intermédiaire «la plus exhaustive» de l’ensemble du monde des assurances. Les charges pour dommages liées à la pandémie étant désormais chiffrées, il reste à évaluer l’impact sur le segment vie, poursuit la banque d’affaires.

«Robuste en non-vie, faible en vie et conforme chez Farmer», résume Vontobel. Le ratio de capitalisation calculé selon les critères propres de Zurich paraît faible, mais demeure honorable sous sa formulation SST. Inflation des procédures juridiques aux Etats-Unis et exposition aux emprunts d’Etats comme d’entreprises constituent les principaux facteurs de risque pour l’avenir, poursuit la banque de gestion.

Après une première réaction positive, le doute semblait s’instiller dans l’esprit des détenteurs de capitaux. A 11h51, la nominative Zurich Insurance cédait 0,9% à 275,15 francs, dans un SMI en recul de 1,28%.

A lire aussi...