Scandale 1MDB: Goldman Sachs condamné à 350 millions de dollars à Hong Kong

AWP

1 minutes de lecture

La SFC a indiqué que l'établissement bancaire a fait preuve de «graves défaillances et de graves lacunes en matière de contrôle de gestion, de surveillance, de risque et de conformité.

L’autorité de régulation financière de Hong Kong a annoncé jeudi avoir infligé une amende de 2,71 milliards de dollars hongkongais (310 millions de francs) à Goldman Sachs. La banque d’affaires américaine est sanctionnée pour son rôle dans le vaste scandale impliquant le fonds souverain malaisien 1MDB.

La commission des opérations de Bourse de Hong Kong (SFC) a indiqué que le géant bancaire a fait preuve de «graves défaillances et de graves lacunes en matière de contrôle de gestion, de surveillance, de risque, de conformité et de lutte contre le blanchiment d’argent». La SFC a précisé que Goldman Sachs a accepté ses conclusions, permettant ainsi de mettre rapidement fin aux poursuites disciplinaires.

Selon le gendarme boursier hongkongais, les manquements de la banque américaine ont contribué au détournement de 2,6 milliards de dollars américains sur les 6,5 milliards du fonds souverain de 1MDB lors de trois émissions d’obligations en 2012 et 2013.

«Goldman Sachs Asia n’a pas respecté les normes requises en tant qu’intermédiaire agréé dans l’affaire 1MDB et, non seulement sa réputation a subi un préjudice du fait de ses propres défaillances, mais cela a également jeté le discrédit sur le secteur des valeurs mobilières», a déclaré Thomas Atkinson, directeur exécutif de l’application des règles de la SFC.

Goldman Sachs Asia a reçu 210 millions de dollars américains - soit 37% des recettes totales - des émissions d’obligations 1MDB, ce qui représente la part la plus importante parmi les différentes entités de la banque d’affaires. L’enquête menée par la SFC a conclu que Goldman Sachs Asia a permis aux offres de se poursuivre malgré les nombreux signaux d’alerte auxquels elle n’a pas suffisamment prêté attention et n’a pas répondu.

Des milliards de dollars avaient été détournés du fonds souverain 1Malaysia Development Berhad (1MDB), censé contribuer au développement économique de la Malaisie, dans une fraude aux ramifications planétaires. Fin juillet, la Malaisie a abandonné les poursuites contre Goldman Sachs sur son rôle dans le scandale 1MDB.

Cette dernière a versé en août 2,5 milliards de dollars à la Malaisie dans le cadre d’un accord à l’amiable qui doit solder son rôle dans le scandale. L’ex-Premier ministre Najib Razak, dont la coalition a perdu les élections en 2018 en grande partie à cause de la colère des électeurs choqués par ce scandale, a été impliqué dans cette affaire.

Fin juillet, il a fait appel de sa condamnation à 12 ans de prison à l’issue d’un premier procès. Plusieurs autres suspects dans cette affaire restent en fuite, dont le «cerveau présumé», le financier malaisien Low Taek Jho, surnommé Jho Low, connu pour fréquenter les fêtes hollywoodiennes et présenté par les avocats de M. Razak comme le principal responsable du pillage.

A lire aussi...