1MDB: abandon des poursuites contre Goldman Sachs

AWP

1 minutes de lecture

La banque américaine avait versé le mois dernier 2,5 milliards de dollars à la Malaisie dans le cadre d’un accord à l’amiable qui devait solder son rôle dans le scandale.

La Malaisie a abandonné les poursuites contre Goldman Sachs sur son rôle dans le scandale 1MDB, a confirmé un avocat de la banque américaine vendredi, à la suite d’un accord à l’amiable conclu en juillet.

Des milliards de dollars avaient été détournés du fonds souverain 1Malaysia Development Berhad (1MDB), censé contribuer au développement économique de la Malaisie, dans une fraude aux ramifications planétaires.

Les autorités malaisiennes avaient entamé des poursuites contre les entités impliquées dont le géant de la finance, mais le parquet, cité par l’agence Bernama, a indiqué devant un tribunal de Kuala Lumpur qu’il abandonnait les poursuites contre Goldman Sachs.

Hisyam Teh, un avocat de la banque, a confirmé à l’AFP que «la Haute Cour a prononcé une ordonnance d’acquittement en ce qui concerne les poursuites contre les entités de Goldman Sachs».

Goldman Sachs avait été accusé par la Malaisie d’avoir aidé aux détournements de fonds en organisant des émissions d’obligations d’un total de 6,5 milliards de dollars (5,9 milliards de francs), pour lesquelles la banque d’investissement avait touché 600 millions de dollars de commission.

Goldman Sachs a versé le mois dernier à la Malaisie 2,5 milliards de dollars dans le cadre d’un accord à l’amiable qui doit solder son rôle dans le scandale. La banque a aussi garanti qu’au moins 1,4 milliard de fonds détournés du fonds 1MDB seraient récupérés.

Le premier ministre Muhyiddin Yassin a indiqué que la Malaisie devait récupérer au total quelque 4,5 milliards de dollars, en incluant les sommes détournées du fonds déjà restituées par les Etats-Unis.

L’ex-Premier ministre Najib Razak, dont la coalition a perdu les élections en 2018 en grande partie à cause de la colère des électeurs choqués par ce scandale, a été condamné à 12 ans de prison dans un premier procès dans cette affaire. Il reste libre sous caution dans l’attente d’un appel.

A lire aussi...