Rentabilité écornée pour la BC de Bâle au premier semestre

AWP

1 minutes de lecture

L’établissement rhénan a pu limiter les dégâts grâce à une réduction des réserves pour risques bancaires généraux.

La Banque cantonale de Bâle (BKB) a subi au premier semestre une contraction de ses recettes, couplée à une forte hausse des charges. Le résultat opérationnel a été rogné de plus d’un quart. Les volumes d’affaires poursuivent leur progression.

La BKB (maison-mère hors Banque Cler) a enregistré un bénéfice semestriel de 48,1 millions de francs, en recul de 1,8% sur un an, indique la banque jeudi. L’établissement rhénan a pu limiter les dégâts grâce à une réduction des sommes versées au titre de réserves pour risques bancaires généraux.

Dans ses activités opérationnelles, les recettes ont reculé de 1,3% à 189,5 millions de francs. Les opérations d’intérêts, qui contribuent le plus aux revenus, ont dégagé un résultat net de 88,5 millions, soit une baisse de 4,9%. Dans son communiqué, la banque pointe du doigt un contexte difficile.

Les opérations de commissions et de prestations de services ont gonflé de 2,2% à 34,9 millions. Les activités de négoce ont plongé de 8,8% à 30,5 millions, tandis que les autres résultats ordinaires se sont envolés de 14% à 35,6 millions.

Alourdies par des investissements et par les coûts de restructuration liés à Banque Cler, les charges ont pesé fortement sur le compte de résultat, avec une augmentation de 9,4% à 114,2 millions. Le résultat opérationnel a ainsi chuté de 26% à 66,2 millions.

Résultat stable attendu

La BKB et sa filiale Banque Cler ont lancé à fin juillet la réorganisation de leur structures respectives. Jusqu’à 40 postes pourraient être supprimés au cours des deux prochaines années. Cette restructuration intervient après le rachat quasi intégral de Banque Cler et le retrait de l’ex-Banque Coop de la Bourse suisse.

Au bilan, les créances hypothécaires ont gonflé de 1,9% à 12,26 milliards de francs, à comparer aux 13,44 milliards de dépôts clientèle (+4,7%). La somme au bilan a augmenté de 1,9% à 27,64 milliards.

Pour le deuxième semestre, la maison-mère table sur un résultat opérationnel stable.

Le groupe BKB comprend la Banque cantonale de Bâle (maison-mère), mais également la Banque Cler, que l’établissement rhénan contrôlé presque intégralement. Au premier semestre, le bénéfice net groupe a plongé de 12% sur un an à 54,4 millions.

Les investisseurs ne semblaient guère enchantés par ces chiffres. A 10h55, le bon de participation BKB cédait 0,3% à 72,40 francs, dans un volume d’échanges nettement supérieur à la moyenne journalière. L’indice SPI prenait 1,13%.

A lire aussi...