NatWest (ex-RBS) dans le rouge au deuxième trimestre

AWP

1 minutes de lecture

Une provision de 2 milliards de livres pour couvrir le risque d’impayés engendre une perte nette de près d’un milliard pour la banque dirigée par Alison Rose.

La banque britannique NatWest (ex-RBS) a dévoilé vendredi une perte nette de 993 millions de livres au deuxième trimestre, en raison d’une provision de deux milliards de livres pour couvrir le risque d’impayés découlant de la crise économique.

Le groupe, qui vient d’être rebaptisé NatWest, compte mettre de côté au total entre 3,5 et 4,5 milliards de livres sur l’ensemble de l’année 2020, dont déjà 2,8 milliards de livres au titre du premier semestre, pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie.

L’ensemble des grandes banques britanniques sont obligées de passer des provisions de plusieurs milliards de livres dans leurs comptes étant donné les dégâts provoqués par la récession au Royaume-Uni.

Du fait de la chute de l’activité et de l’envolée du chômage, les particuliers et entreprises risquent d’avoir du mal à rembourser tous les crédits contractés, d’où les pertes occasionnées pour les établissements financiers.

«Notre performance au premier semestre a été significativement affectée par les difficultés et l’incertitude auxquelles fait face notre économie en raison du Covid-19», souligne Alison Rose, directrice générale de la banque.

Le groupe maintient en outre son programme d’économies et son projet de réduire de moitié la taille de NatWest Markets, sa banque d’investissement.

La banque a décidé de changer de nom, sous la houlette de sa nouvelle directrice générale, afin de tourner la page d’une décennie difficile et d’un nom associé à la crise financière de 2008 dans l’esprit des Britanniques.

A lire aussi...