France: départ du patron de La Banque Postale

AWP

1 minutes de lecture

Rémy Weber quittera le groupe le 3 août en raison d’«une divergence de vue sur la gouvernance de CNP Assurances».

Rémy Weber, président du directoire de La Banque Postale, quittera le groupe le 3 août en raison d’«une divergence de vue sur la gouvernance de CNP Assurances», indique mercredi dans un communiqué le groupe La Poste.

«Après avoir contribué à l’opération de rapprochement de La Banque Postale avec CNP Assurances et créé les conditions de la création d’une entité commune en gestion d’actifs avec Natixis», Rémy Weber quittera ses fonctions «pour se consacrer à de nouveaux projets», est-il précisé.

Selon un connaisseur du dossier, la nomination du futur président du conseil d’administration de CNP Assurances est à l’origine du départ de Remy Weber, à la tête de La Banque Postale depuis octobre 2013.

Le groupe d’assurances avait annoncé le 16 juillet la démission de Jean-Paul Faugère, président du CA depuis 2012, pour briguer la vice-présidence de l’ACPR, l’autorité de supervision des banques et assurances.

Le processus de nomination actuellement en cours pour la succession de M. Faugère a donné lieu à des divergences irréconciliables entre M. Weber, qui visait la présidence du conseil d’administration de CNP Assurances, et d’autres parties prenantes qui souhaitaient la nomination d’une personnalité indépendante, selon cette même source.

Rémy Weber a contribué à la naissance en mars dernier du grand pôle financier né du mariage entre La Banque Postale et CNP Assurances. Cette nouvelle entité de bancassurance de dimension européenne est chapeauté par la Caisse des dépôts, bras financier de l’État, qui, à l’issue de cette opération, a pris le contrôle du groupe La Poste.

La constitution de ce pôle public financier, porté depuis de nombreuses années par le patron du groupe La Poste Philippe Wahl, avait déjà causé des remous au sein des groupes concernés.

En juillet 2018, l’ancien patron de CNP Assurances, Frédéric Lavenir, avait démissionné à la surprise générale, officiellement pour «raisons personnelles», peu avant que le projet de pôle financier public ne soit lancé par le gouvernement.

A lire aussi...