Barclays: l’AG adopte les projets de décarbonisation

AWP

1 minutes de lecture

Les actionnaires acceptent l’objectif de la direction de neutralité carbone d’ici 2050, mais pas les propositions de ShareAction.

Les actionnaires de Barclays ont adopté jeudi les propositions de la direction pour «verdir» la banque britannique et son objectif de neutralité carbone d’ici 2050, tout en rejetant les propositions d’une association d’actionnaires activistes qui allaient encore plus loin.

Seuls 24% des investisseurs de la banque, réunis en assemblée générale virtuelle à cause de la pandémie de COVID-19, ont approuvé les propositions du groupe d’investisseurs ShareAction pour accélérer la transition énergétique et la sortie du carbone de Barclays.

En revanche les propositions de la direction pour «décarboner» la banque ont été approuvées à plus de 99%.

«Passer le seuil des 20% signifie que la banque devra répondre formellement aux actionnaires» qui ont soutenu les propositions de ShareAction, souligne toutefois le groupe dans un communiqué.

Les dirigeants de Barclays disent à ce propos vouloir dialoguer avec les actionnaires qui ont soutenu la proposition de ShareAction.

Le groupe demandait à la banque de ne plus financer les entreprises d’énergies fossiles et qui ne respectent pas les engagements de l’accord de Paris sur la réduction des émissions de CO2.

Pour Catherine Howarth, directrice de ShareAction, «le vote d’aujourd’hui sur les deux résolutions liées au climat (celle de la direction et celle du groupement d’actionnaires) envoie un message sans équivoque au conseil d’administration de Barclays et à tout le secteur que les banques doivent faire plus pour sortir des énergies fossiles», notant «un énorme soutien chez les investisseurs comme dans la société pour des actions fermes».

«Si nous saluons Barclays pour s’être fixé l’objectif de la neutralité carbone d’ici 2050, les investisseurs ont signifié aujourd’hui qu’ils veulent que ces engagements soient appuyés par des cibles claires de désengagement» des énergies fossiles, ajoute-t-elle.

Fin mars, sous la pression de ShareAction, Barclays avait promis d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 et de financer seulement des projets conformes aux accords de Paris sur la lutte contre le réchauffement climatique.

La banque promettait que cette initiative concernerait à terme l’ensemble de ses prêts, mais qu’elle commencera par le secteur de l’énergie, considéré comme particulièrement polluant, et assure qu’elle dévoilera des objectifs précis et montrera à partir de 2021 comment ils sont respectés.

D’après ShareAction qui cite l’association écologiste Rain Action Network, depuis la signature des accords de Paris en 2015, Barclays a financé à hauteur de plus de 100 milliards de livres les énergies fossiles, notamment dans le charbon, considéré comme l’une des ressources les plus polluantes de la planète.

Cela en fait le plus mauvais élève en Europe dans le secteur bancaire, selon les défenseurs de l’environnement.