Zoom de Bordier sur l’accord Wirecard-SoftBank

Daniel Pellet, Bordier & Cie

1 minutes de lecture

La fintech Wirecard va émettre un emprunt convertible d’une durée de 5 ans pour un montant nominal de 900 millions d’euros.

Wirecard et SoftBank finalisent ce jour leur stratégique (et prometteur) accord de coopération, annoncé le 24 avril dernier. Le deal inclut un emprunt convertible exclusif destiné à SoftBank et de nombreuses opportunités au sein de l’écosystème de la société de portefeuille japonaise, dans les domaines des services financiers numériques, l’analyse de données, l’Intelligence Artificielle. Au plan géographique, Wirecard s’ouvre les portes des marchés à forte croissance de l’Asie de l’Est, dont le Japon et la Corée du Sud.

Selon cet accord, Wirecard va émettre un emprunt convertible d’une durée de 5 ans pour un montant nominal de 900 millions d’euros. Le prix d’exercice est fixé à 130 euros (niveau de cours de Wirecard à fin avril), avec un coupon de 1,9%. La conversion entraînera la création de 6,9 millions d’actions Wirecard (soit ~5,6% du capital du groupe allemand). Le groupe confirme que l’argent sera utilisé pour le développement technologique, pour le refinancement de lignes de crédit actuelles (dont un RCF d’1,75 milliard d’euros) et un éventuel programme de rachat d’actions.

Ce partenariat est stratégique pour Wirecard, par le potentiel de développement de nouveaux accords au sein de l’écosystème SoftBank et par l’expansion géographique apportée. Au sein de l’écosystème SoftBank, qui inclut notamment des groupes de technologie à croissance rapide, ce sont essentiellement les champs de développement innovants des services financiers numériques, de l’Intelligence Artificielle ou de l’analyse de données qui sont visés. Géographiquement, ce sont surtout le Japon et la Corée du Sud qui recèlent le meilleur potentiel de développement pour Wirecard. Les premiers résultats tangibles (entre l’annonce et la finalisation de l’accord) ont déjà été annoncés. Wirecard a signé des accords de partenariats globaux avec 3 entités de l’écosystème SoftBank: AUTO1 (plateforme de référence en Europe pour l’achat et la vente de véhicules d’occasion), Brightstar (services et accessoires dans le domaine des téléphones mobiles pour une clientèle d’opérateurs, de distributeurs de matériel de télécom et d’entreprises ; présence dans 38 pays, sur les 5 continents) et OYO (première chaîne hôtelière en Inde, devenue par son expansion international la 6e chaîne hôtelière mondiale, avec 23’000 hôtels dans 800 villes, 18 pays). D’autres discussions actives sont en cours.

On notera que le gain de nouveaux clients de Wirecard depuis quelques mois est impressionnant : ALDI, AUTO1, Brightstar, China Union Pay, extension de l’accord Mizuho en Europe, aux Etats-Unis et dans certains pays asiatiques, et OYO, tous des clients de taille respectable (volumes de transactions >EUR1mia/an).

Si les termes et conditions de l’emprunt convertible sont très favorables pour SoftBank, considérant les conditions de refinancement actuelles, la dimension industrielle de cette opération est très favorable à Wirecard (expansion géographique et potentiel des nouvelles opportunités liées à l’écosystème SoftBank). Les facteurs de risque liés à ce partenariat nous paraissent limités.