Suivi de Visa par Bordier

Daniel Pellet, Bordier & Cie

1 minutes de lecture

Le géant des cartes de crédit continue d’être un des principaux bénéficiaires du mouvement structurel qui voit les paiements adopter une forme électronique partout à travers le monde.

Bonne fin d’exercice fiscal pour le géant des cartes de crédit qui annonce pour son T4 (à fin septembre) des BPA supérieurs aux attentes. Globalement, Visa termine bien son exercice FY2019. Ses revenus net au T4 ressortent à USD6.1mia (+13% a/a). Le résultat net (non-GAAP) atteint USD3.3mia (+18% a/a), avec un BPA en hausse de 21% a/a à USD1.47 (USD0.04 au-dessus des attentes). Le tout tiré par des volumes en hausse (+9% a/a à tcc à USD2’267mia), soit un nombre de transactions qui dépasse désormais 50 milliards (+11%). Sur l’ensemble de l’exercice à fin septembre 2019, Visa publie des revenus annuels en hausse de 11% a/a à USD23mia, un résultat net de USD12.4mia (+15% a/a) et un BPA de USD5.44 (+18%a/a).

Pour le T4, le volume de paiements atteint USD2’267mia (+9% à tcc), dont 55% à l’international. Les cartes de crédit ressortent à USD1’242mia (+7% à tcc), dont 57% à l’international. Plus forte progression pour les cartes de débit (+11% à USD1’024mia), avec 52% à l’international. Les transactions totales dépassent les 53 milliards (+11%a/a), dont 34% côté Crédit et 66% côté Débit. Le nombre de transactions traitées est en hausse de 11% à 36.43 milliards. Le volume des transactions transfrontières était en progression de 7%. Le nombre total de cartes en circulation a progressé de 4% à 3,4 milliards, dont cartes de crédit (+3% à 1,13 milliard), et cartes de débit (+5% à 2,28 milliards).

Deux lectures au niveau des revenus du groupe : revenus bruts en hausse de 13% à USD7.83mia, desquels on retire les incitations clients (+13% à USD1.69mia), qui sont res-tées stables sur le T4, pour arriver aux revenus nets de USD6.14mia (+13%). Visa donne également une répartition entre Revenus de Services (+9%), Data Processing Revenues (+16%) et International Transaction Revenues (+11%). Bonne tenue de la marge opérationnelle, en légère hausse (67% vs 66% au T4 2018), avec une bonne maîtrise des Opex (~USD2mia, vs 1.83mia au T4 2018). Le résultat opérationnel a ainsi progressé de 14% à USD4.1mia.  

Les perspectives pour FY2020 sont encourageantes : une croissance des revenus low double-digit (avec un impact FX entre -1 à -1.5% et un impact de ~0.5% côté acquisitions) ; les incitations clients devraient rester autour de 22.5-23.5% des revenus bruts. ; le taux d’impôts effectif est attendu entre 19 et 19.5% ; enfin, les BPA devraient connaître une croissance «midteens».

Côté acquisition et innovation, Visa est en train de finaliser l’acquisition des activités de services de jetons et de billetterie numérique (utilisée notamment dans les transports publics) de Rambus. Ce groupe fournit des puces et autres éléments pour rendre la transmission de données plus rapide et plus sûre. Ces technologies vont renforcer les capacités de tokénisation de Visa, et ce au-delà des paiements par carte sur le réseau Visa, puisqu’elles seront appliquées aux réseaux de cartes nationales, aux paiements en compte et en temps réel.

Visa continue d’être un des principaux bénéficiaires du mouvement structurel qui voit les paiements adopter progressivement une forme électronique partout à travers le monde. Par son initiative Visa Direct (paiements directs et sans couture), le groupe devrait enregistrer un élargissement substantiel de son marché adressable au cours des prochaines années.

A lire aussi...