Suivi de Nestlé par Bordier

Christophe Laborde, Bordier & Cie

2 minutes de lecture

Nestlé visait en 2019 une croissance organique autour de +3,5% et une marge d’au moins 17,5%...objectifs atteints!

Nestlé publie ce matin des résultats 2019 très solides. La croissance organique des ventes s’établit à +3,5% et la marge s’améliore de +60pb à 17,6%, des niveaux proches des attentes (respectivement à +3,6% et +70pb) légèrement freinés par un T4 un peu modeste alors que le BPA progresse de +10% à 4,41 francs comme anticipé. Les objectifs 2020 d’une amélioration continue de la croissance organique des ventes et de la marge sans préjuger de l’impact du coronavirus ont le mérite de rassurer.

Nestlé visait en 2019 une croissance organique autour de +3,5% et une marge d’au moins 17,5%...objectifs atteints! A noter que la composition de la croissance organique des ventes à +3,5% est de qualité avec un effet mix / volume à +2,9% (innovations / lancements) et un effet prix à +0,6%. Certes la performance au T4 (+3%) est un peu plus modérée qu’attendu (consensus +3,3%), une résultante logique et peu inquiétante de l’accélération de l’effet prix sur les volumes notamment dans la division Waters. De plus, cette croissance est bien équilibrée géographiquement avec les Amériques (36% du CA groupe à +3,9%), l’Europe (20% du CA à +2,7%) et l’Asie à +3,2%.

Au niveau du résultat opérationnel en 2019, la marge courante enregistre une amélioration de +60pb, légèrement en deçà de celle prévue par le consensus (+70pb) pour atteindre néanmoins un niveau de 17,6%, un an avant l’objectif initial de 17,5%/18,5% pour 2020. Cette performance prend sa source dans les gains de productivité sur les coûts structurels, la gestion du portefeuille (catégories moins profitables cédées), un effet prix positif et une amélioration du mix qui ont largement effacé les coûts accrus liés à l’inflation des matières et dépenses marketing. Au final, la performance solide du groupe en 2019 s’illustre également par une progression à 2 chiffres du BPA (+10% à 4,41 francs), du free cash flow (+10,9% à 11,9 milliards de francs) et du dividende (+10,2% à 2,70 francs).

Perspectives: le management ne donne pas d’objectifs chiffrés à court terme! Qui peut le blâmer compte tenu des circonstances. Il précise néanmoins s’attendre en 2020 à une amélioration continue de sa croissance organique des ventes (> +3,5%) et de sa marge avec une accélération pour les ventes en 2021/22 précisant qu’il était trop tôt pour quantifier l’impact du coronavirus. Le consensus qui anticipe +3,9% de croissance organique pour 2020 va quelque peu réviser sa prévision…suivi d’une accélération automatique en 2021! De plus, ayant déjà atteint l’an dernier son objectif de marge initial pour 2020 à 17,6%, la guidance d’une nouvelle amélioration sur 2020 est particulièrement rassurante dans le contexte actuel. Enfin, gardons à l’esprit que Nestlé a annoncé un retour à l’actionnaire de 20 milliards de francs sur la période 2020-22 sous la forme d’un programme de rachat d’actions qui a débuté en janvier...un facteur de soutien au titre.

La cession d’actifs sous performants (confiserie US, Gerber Life Insurance, Skin Health Galderma, Herta, Yinlu en Chine prochainement?) et son focus sur ses 4 activités (Nutrition animale, Café, Eaux et Nutrition infantile) à plus forte croissance et les mieux margées ont permis à Nestlé de réussir sa relance…l’incertitude liée au coronavirus ne fait que décaler d’un an l’objectif moyen terme d’une croissance repositionnée à+4/6%. D’autant plus que son intérêt pour le Consumer Health constitue un relais de croissance (Zenpep à Allergan récemment)…sa participation de 23% dans L’Oréal (valeur de 34 milliards d'euros) aidera si besoin! La visibilité reste bonne sur ses perspectives de croissance bénéficiaire et de génération de cash à moyen terme lui conférant un profil défensif opportun dans le contexte actuel d’incertitude et de taux bas. Nestlé fait plus que jamais partie de nos Core Holdings avec une FV de 117 francs.