Smart Money, la clef du succès

Salima Barragan

1 minutes de lecture

«L'écosystème des start-up est extrêmement porteur et dynamique en Suisse», déclare Charles Degand, co-fondateur d’Angelsquare.

L’écosystème suisse des start-up, en plein boom, attire les communautés d’investisseurs en-dehors de nos frontières. La société parisienne Angelsquare organise ce jeudi, en partenariat avec La French Tech Suisse Romande, une soirée de débats sur le thème des «Business Angels & du Smart Money» à Genève. «L'écosystème des start-up en Suisse extrêmement porteur et dynamique, nous a convaincu, à plusieurs titres, de nous lancer sur ce marché», déclare Charles Degand co-fondateur d’Angelsquare.

UNE COMMUNAUTé DE 600 INVESTISSEURS

Lancé en 2016, AngelSquare finance des start-up en seed (phase d’amorçage) et en Série A. Pour ce faire, elle rassemble une communauté́ de 600 investisseurs experts (Business angels, Family Offices, fonds d’amorçage) ayant accès, via une plateforme web, à une sélection de start-up en recherche de financement. Depuis son lancement, elle a accompagné́ plus de 140 start-up, dont la société suisse Securaxis.

«Les investisseurs ‘smarts’ ouvrent aux entreprises de nouvelles portes
grâce à leurs réseaux et leur apportent des compétences clés.»

Financée en novembre 2018, Securaxis, développe une solution permettant à ses clients, (organisations internationales, assureurs et entreprises privées) d'assurer une communication adaptée à leur personnel ou à leurs clients dans des situations de sécurité précaire. Securaxis fournit, en temps réel, une information géolocalisée et cartographiée, sur les conditions de sécurité et permet l'échange d'information en réseau grâce à ses outils opérationnels pensés par des professionnels des terrains instables. «Securaxis repose sur l’histoire forte de ses deux fondateurs, Gaetan Vannay et Glenn Meleder. Gaetan est un ancien journaliste de guerre, coutumier des zones les plus hostiles. Ingénieur de formation, Glenn a passé plus de 10 ans au service de la Croix Rouge en Jordanie, au Darfour et en Colombie. Ensemble, ils ont décidé de combiner leur expérience des nouvelles technologies et de la gestion du risque lors des déplacements professionnels en zones hostiles. Ils ont su développer en peu de temps une plateforme Saas fonctionnelle, devenue un outil reconnu de la gestion collaborative de la sécurité et du crowdsourcing des événements sensibles», explique Charles Degand.

LE RÔLE DU SMART MONEY

Le Smart Money, c’est bien plus que des investissements en francs sonnants et trébuchants. «Les investisseurs ‘smarts’ ouvrent aux entreprises de nouvelles portes grâce à leurs réseaux et leur apportent des compétences clés comme, par exemple, des techniques commerciales complémentaires de leur expertise propre», estime Charles Degand dont l’ambition est d’accompagner au mieux les projets entrepreneuriaux dans leur phase d’amorçage auprès des Business Angels. 

«Nous aimons l’écosystème suisse avec ses excellentes
expertises techniques en Fintech, Medtech et Blockchain.»

Durant la table ronde qui sera animée par Raphael Grieco, président de la French Tech Suisse romande, les discussions se dérouleront en présence de Business Angels expérimentés. En feront partie Steve Savioz, co-fondateur de l'agence digitale Virtua et du fonds d'investissement Akiden Ventures, également au board de plusieurs start-up suisses et françaises, Charles-Louis de Laguiche, directeur chez Mirabaud & Cie, lui-même entrepreneur et investisseur confirmé, et David Lambert, Partner et directeur d’investissement chez Angelsquare.

De nombreux fondateurs de start-up sont attendus pour ce premier événement genevois. «Nous aimons l’écosystème suisse avec ses excellentes expertises techniques en Fintech, Medtech et Blockchain et possédons les connaissances clefs pour le développer», estime Charles Degand.