Opportunité contracyclique: acheter le creux des actions

Mikio Kumada, LGT Capital Partners

1 minutes de lecture

La crainte d'une nouvelle hausse des taux d'intérêt américains et de certaines autres inquiétudes imminentes s'est soldée par une importante vente d'actions au début de ce mois.

La crainte d'une nouvelle hausse des taux d'intérêt américains et de certaines autres inquiétudes imminentes s'est soldée par une importante vente d'actions au début de ce mois. Cependant, les signaux plus généraux des marchés étaient plus constructifs: courbes de rendement accentuées, taux de rentabilité redressés, marges de crédit réduites et actifs des marchés émergents stabilisés; Nous avons donc décidé d’acquérir le creux des actions.

Notre évaluation globale pour les mois à venir n'a pas changé: nous sommes constructifs pour l'économie mondiale, tout en reconnaissant un certain nombre de risques (perte de dynamique cyclique, impact du resserrement monétaire, de la soi-disant guerre commerciale, etc.). En termes d'allocation d'actifs, cela se traduit toujours par:

  • Seule une petite surpondération globale des actions favorisant actuellement les stratégies mondiales défensives, États-Unis et Japon
  • Une forte sous-pondération dans les titres à revenu fixe, avec une duration assez courte, a favorisé les marchés émergents, les obligations mondiales indexées sur l’inflation (GILB), les crédits à haut rendement (HY) et les obligations de sociétés de première qualité (IG) - dans cet ordre de préférence
  • Une allocation stratégique (SAA) généralement élevée et stable aux classes alternatives plus larges (à savoir, les infrastructures, l'immobilier, les capitaux privés, les hedge funds et les stratégies liées à l'assurance); la seule exception est l’équité des producteurs de matières premières, que nous avons récemment retirée de notre ASA
  • Une préférence active pour le dollar américain en raison de la dynamique de croissance favorable de l'économie américaine et des perspectives de politique monétaire qui en résultent, conjuguée à une surpondération passive des devises des pays émergents; ce dernier résulte de nos positions en fonds propres et dette émergentes
  • Maintien de réserves de trésorerie élevées pour une flexibilité accrue sur des marchés instables

A lire aussi...