Les actions pétrolières américaines bon marché

Matthias Jenzer, Quilvest

1 minutes de lecture

Malgré les prix pétroliers élevés, plusieurs pays producteurs extérieurs à l’OPEP affichent des chiffres d’extraction relativement décevants.

 

Les réserves pétrolières s’épuisent plus rapidement que prévu et, en parallèle, l’offre est freinée à plusieurs endroits, notamment au Venezuela et en Iran. Les capacités de pompage supplémentaires, quoique bien présentes, sont en recul faute d’investissements suffisants. Le secteur de l’huile de schiste ne s’épanouit quant à lui qu’aux États-Unis.

«Si la demande se maintient, il faudrait que la production augmente
à moyen terme afin de garantir durablement la stabilité.»

Malgré les prix pétroliers élevés, plusieurs pays producteurs extérieurs à l’OPEP affichent des chiffres d’extraction relativement décevants. Ce phénomène est largement imputé à la faiblesse persistante des investissements au cours des deux dernières années, qui se répercute progressivement sur les capacités. L’OPEP dispose certes de capacités disponibles suffisantes pour intensifier la production si un goulot d’étranglement était réellement constaté, mais ce potentiel est lui aussi en baisse et, de surcroît, il est principalement constitué de fuel lourd, qui n’est pas un premier choix en termes d’utilisation. Les stocks accumulés à l’échelle mondiale, sur terre et au large, ne cessent de diminuer et seront bientôt revenus à leur niveau habituel. Si la demande se maintient, il faudrait donc que la production augmente à nouveau à moyen terme afin de garantir durablement la stabilité, y compris dans les prix. Mais où s’approvisionner?

Dans ce contexte, les grands gagnants sont les producteurs d’huile de schiste aux États-Unis. Les chiffres de production agrégés culminent à de nouveaux records et les plateformes pétrolières productives, ou «rigs», se multiplient. Contrairement à la tendance observée dans le reste du monde, ces investissements ont repris!

Rendements décevants des actions pétrolières

L’industrie américaine de l’huile de schiste peut se targuer de recettes croissantes, de bénéfices supérieurs aux prévisions et, dans certains cas, d’estimations de profits constamment rectifiées à la hausse. Pourtant, les actions pétrolières sont à la traîne par rapport au prix du baril, au plus grand regret des investisseurs, qui avec les actions énergétiques, misent sur un renchérissement du pétrole. Les analystes et chefs d’entreprises ont fait preuve d’une prudence excessive en modérant leurs attentes. Le résultat prend aujourd’hui la forme de valorisations avantageuses, et spécialement d’un fossé béant avec le cours du pétrole, qu’il s’agit de combler!

«Les estimations relatives aux prix pétroliers dans le futur sont revues
vers le haut pour la première fois depuis bien longtemps.»
Pour la première fois, les estimations sur le prix
du baril augmentent – un signal pour l’achat d’actions

Pour la première fois depuis bien longtemps, les estimations relatives aux prix pétroliers dans le futur sont revues vers le haut. Ce facteur est déterminant pour redynamiser les actions de ce secteur. La reprise de RSP Permian par Concho, qui s’est conclue à un prix nettement supérieur à celui négocié sur le marché boursier, peut également être jugée positive.

Cette reprise – le premier «deal» notable dans le secteur énergétique depuis plus de 6 ans – montre à quel point les valorisations y sont basses. Le moment est venu: «strong buy» – achetez sans hésiter!

A lire aussi...