Les 101 baisses de taux d'assurance - Week Ahead de Allianz GI

Stefan Rondorf, Allianz Global Investors

2 minutes de lecture

Les participants au marché monétaire américain estiment que la Fed réduira son taux directeur d'un total de près de 100 points de base au cours des 12 prochains mois.

Alors que la dynamique de croissance ralentit et que les incertitudes politiques persistent, les investisseurs espèrent que les banques centrales reviendront à la rescousse. En fait, les participants au marché monétaire américain estiment que la Réserve fédérale réduira son taux directeur d'un total de près de 100 points de base au cours des 12 prochains mois, et que la Banque centrale européenne (BCE) devrait encore évoluer en territoire négatif, d'environ 10 pb. De plus, après les déclarations du président de la BCE, Mario Draghi, à Sintra, de nombreux acteurs du marché présument que l’assouplissement quantitatif («QE») sous la forme d’achats d’obligations d’État et de sociétés sera repris au cours des prochains mois.

Les marchés s'attendent évidemment à une politique monétaire nettement plus accommodante. Comment est-ce que cela concorde avec l'hypothèse répandue que la prochaine récession n'est pas encore imminente? Assez facilement: les marchés s'attendent à une réduction du taux d'assurance. Ils pensent que les banques centrales feront tout ce qui est en leur pouvoir pour prolonger le cycle. L’examen des cycles de réduction des taux aux États-Unis depuis 1980 montre que la Fed a abaissé son taux directeur à quatre reprises, même si une récession n’était pas imminente, à savoir 1984, 1987, 1995 et 1998. Le système financier avait parfois subi un choc exemple du krach boursier à l’automne 1987), à d’autres époques, la croissance s’est affaiblie (1984 et 1995). En règle générale, les indicateurs avancés, tels que la confiance des entreprises et des consommateurs, avaient considérablement diminué avant la réduction du taux d’assurance. Dans le même temps, les données sur le marché du travail étaient encore saines. Pour les investisseurs, les réductions de taux d'assurance étaient généralement une bonne nouvelle. Après cette étape, les cours des actions mondiales ont augmenté en moyenne de près de 10% au cours des 12 mois suivants. En revanche, ils ont chuté de près de 19% si les taux étaient abaissés dans un environnement de récession. L’impact sur les obligations de sociétés et à haut rendement américaines a également été favorable, même si elles ont pris du retard par rapport aux obligations du Trésor américain. Cela semble une image assez précise de l'environnement actuel.

Le moment est-il venu de procéder à une nouvelle réduction du taux d'assurance? Le climat des affaires s'est détérioré dans le monde entier, en grande partie à cause des incertitudes persistantes concernant la politique commerciale. Les banques centrales pourraient facilement justifier des réductions de taux, notamment parce que les anticipations d'inflation fondées sur le marché ont également diminué. Cependant, il y a deux points à considérer:

  • Dans le passé, les baisses de taux d’assurance de la Fed ont atteint au maximum 75 points de base. Mais à présent, les investisseurs du marché monétaire américain s’attendent à des marges de taux plus importantes. Cela suggère que leurs préoccupations concernant la croissance sont plus prononcées.
  • Il est douteux que les mesures de politique monétaire puissent rapidement surmonter une crise de confiance déclenchée par un conflit commercial.

Au cours de la semaine écoulée, la Réserve fédérale a une nouvelle fois confirmé sa vigilance face aux risques de dégradation de l’économie. Au début de la nouvelle semaine, cependant, l'attention sera portée sur les données économiques chinoises, telles que les chiffres de croissance du PIB pour le deuxième trimestre, qui doivent être publiées lundi. Mercredi, les immatriculations de voitures neuves européennes nous donneront une indication de la confiance des consommateurs en Europe et des ventes de l'industrie automobile européenne en souffrance. Aux États-Unis, l’attention sera portée sur les ventes au détail (attendues mardi).

Les banques centrales devront probablement agir pour ne pas décevoir les attentes élevées en matière de soutien monétaire. Cependant, nous doutons que leurs démarches auront un impact majeur. Il n’est pas du tout certain qu’une crise de confiance déclenchée par une incertitude politique puisse être résolue rapidement. Pour cette raison, la performance des marchés boursiers pourrait être plus faible que dans des situations similaires du passé. Il est clair que les taux ne seront probablement pas haussés pour l'instant, et les investisseurs devront rechercher d'autres sources de revenus, par exemple des versements de dividendes fiables. La chasse au rendement continue!