Le budget du Royaume-Uni basé sur le scénario de Brexit «Et si?»

Russell Silberston, Investec Asset Management

1 minutes de lecture

Russell Silberston, responsable du Multi-Asset Absolute Return chez Investec, commente l'annonce du budget britannique. Une certaine sympathie pour le ministre des Finances Philip Hammond (photo).

J'ai une certaine sympathie pour le ministre britannique des Finances et du Trésor, qui présente son budget britannique sur la base du scénario «Et si» d'un «bon» Brexit, après avoir indiqué précédemment qu'il devrait repenser le budget dans le cas d'un Brexit sans transaction.  
 
En règle générale, tout budget doit être considéré dans le contexte des prévisions économiques qui le soutiennent. Le récent budget italien en est un excellent exemple, où les prévisions de croissance étaient largement considérées comme irréalistes. Il convient de noter que les prévisions économiques de M. Hammond sont compilées par l'Office for Budget Responsibility indépendant. 
 
En préparant le budget, je crois qu'il suppose que nous confluerons un accord de retrait avec l'Union européenne (UE) et que nous confluerons ensuite un accord commercial raisonnable qui entraînera une légère hausse de la croissance économique et, partant, des recettes fiscales. Mais, étant donné que nous disposons d'un calendrier clair pour les négociations Brexit, il indiquera sans doute clairement que ces prévisions dépendent d'un résultat favorable et qu'il y aura un budget d'urgence dans un scénario sans transaction. 
 
Validant la promesse de Theresa May à la conférence du parti de «mettre fin à l'austérité», il semble tout à fait clair qu'il n'y a pas d'appétit politique pour un resserrement budgétaire supplémentaire - en particulier pour les ministères dont les budgets ont été réduits pour payer les dépenses prioritaires en santé et éducation. Toutefois, il n'y a que quatre façons pour le gouvernement de dépenser plus d'argent: des impôts plus élevés, des emprunts non financés, une croissance économique plus forte ou des gains d'efficience. 

Dans l'éventualité d'un Brexit dur, on s'attend généralement à ce qu'il y ait un choc économique grave qui remettra les finances publiques sous tension à mesure que les dépenses de stabilisation automatique augmenteront et que les recettes diminueront. Le chancelier est alors confronté à un choix peu attrayant; il peut augmenter les impôts en cas de ralentissement économique, ou il peut laisser les dépenses augmenter sur une base non financée. Étant donné que le premier est procyclique, il semble que son seul choix serait de laisser les dépenses automatiques augmenter. Il y aura toutefois une modeste compensation par rapport au financement d'urgence que la chancelière a retenu au cas où nous finirions par quitter l'UE sans un accord.