BCE: la normalisation est en bonne voie

Communiqué, BNP Paribas

1 minutes de lecture

L’équipe de recherche de BNP Paribas livre son analyse en vue de la réunion de la BCE ce jeudi.

Les principales décisions du Conseil des gouverneurs du 25 octobre devraient être sur l'annonce de la fin des achats nets d'actifs et les détails du programme de réinvestissement de la BCE. Le point avec l’équipe de recherche de BNP Paribas.

Nous nous attendons à ce que la Banque centrale européenne annonce qu'elle est sur la bonne voie pour mettre fin aux achats nets d'actifs en décembre - malgré les inquiétudes de l'Italie.

Cela devrait s'accompagner d'une annonce sur les réinvestissements et d'une conférence de presse dovish.

La BCE accordera, à notre avis, une flexibilité maximale en matière de réinvestissement dans le cadre des paramètres existants, y compris la possibilité d'acheter des titres à plus longue échéance. Toutefois, la BCE est susceptible de considérer les réinvestissements comme un moyen essentiellement technique d'assurer une mise en œuvre harmonieuse, plutôt que comme un moyen de modifier l'orientation de la politique monétaire.

Nous voyons peu de choses dans les évolutions récentes qui pourraient modifier substantiellement la dernière évaluation de la BCE: la croissance résiste toujours (avec quelques risques) et l'inflation devrait continuer à se rapprocher de sa cible (quoique très progressivement)... Dans ce contexte, nous pensons que la barre reste très haute pour toute extension des achats d'actifs nets, ce qui rend probable la fin des achats nets en décembre.

Notre parti pris est que la BCE est plus susceptible d'annoncer la décision de mettre fin aux achats nets lors de la réunion d'octobre que lors de la réunion de décembre - ou du moins de «préannoncer» par un langage qui indique une conviction plus forte.

Nous pensons qu'il est peu probable qu'une opération de type Fed - avec vente pure et simple de titres - se produise. La torsion des opérations par réinvestissement n'est pas possible dans tous les pays; et l'ampleur de la torsion des courbes par réinvestissement, même dans les juridictions où cela est possible, est limitée.

La BCE modifiera à terme ses orientations à terme afin de limiter toute possibilité de fixation agressive des prix d'un cycle de hausse des taux sur le marché en modifiant sa formulation plutôt qu'en introduisant une conditionnalité formelle. Cependant, nous pensons qu'il est probablement trop tôt pour un tel changement.

En ce qui concerne l'Italie, nous ne doutons pas que la BCE s'inquiète des implications potentielles de l'escalade des tensions sur les marchés, mais la banque centrale a les mains liées pour le moment.

A lire aussi...