Matières premières: les métaux chauffent, le café refroidit

AWP

1 minutes de lecture

«Un regain d’optimisme souffle sur les marchés des métaux», encouragés par la perspective d’une «percée» dans les négociations sino-US, selon Daniel Briesemann, de Commerzbank.

Les métaux industriels ont gagné du terrain cette semaine, profitant de l’optimisme entourant les négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, qui ont repris jeudi à Whashington.

Depuis jeudi, «un regain d’optimisme souffle sur les marchés des métaux», encouragés par la perspective d’une «percée» dans les négociations entre les deux premières puissances mondiales, a commenté Daniel Briesemann, analyste chez Commerzbank.

Donald Trump s’est montré rassurant jeudi sur le sujet, à la veille de sa rencontre avec le vice-Premier ministre chinois Liu He.

«Nous avons eu de très très bonnes négociations avec la Chine», a déclaré le président américain depuis la Maison Blanche, soulignant que les discussions allaient se poursuivre entre négociateurs chinois et américains.

Par ailleurs, le zinc a également profité du fait que le groupe indien Vedanta Ressources a annoncé la fermeture pour quatre mois de la mine de Skorpion Zinc, au sud-est de la Namibie, en raison de problèmes techniques.

Une «explication probable» du «net intérêt» des investisseurs pour le métal, selon Alastair Munro, analyste chez Marex Spectron.

«Avec une capacité de production de 150.000 tonnes par an, Skropion est l’une des plus grandes infrastructures de production (de zinc) au monde,» a précisé Daniel Briesemann.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s’échangeait à 5.787,50 dollars vendredi à 13H30 GMT contre 5.634 dollars le vendredi précédent à la même heure.

Le zinc valait 2.407,50 dollars la tonne vers 13H30 GMT, contre 2.305,50 sept jours auparavant.

Palladium au plus haut

Le palladium a grimpé cette semaine, atteignant vendredi vers 10H20 GMT un nouveau record, à 1.709,50 dollars l’once.

Selon Daniel Briesemann, le métal a pu bénéficier de «l’augmentation de l’appétit pour le risque» dans un marché optimiste vis-à-vis des négociations commerciales sino-américaines.

«Cette reprise a également été alimentée par le fort intérêt des investisseurs spéculatifs», a-t-il ajouté en soulignant les importantes entrées d’argent enregistrées par Bloomberg dans les fonds indiciels adossés au palladium.

Sur le London Bullion Market, l’once de palladium valait vers 13h30 GMT 1.701,96 dollars, contre 1.668,25 dollars à la fin de la semaine précédente à la même heure.

Le café souffre

Le café perdait du terrain cette semaine, pénalisé par les conditions météorologiques favorables au Brésil et au Vietnam, les deux principaux pays producteurs.

Vendredi, le robusta est ainsi tombé à un niveau plus vu depuis fin 2010 à 12H35 GMT à 1.231 dollars la tonne, tandis que la livre d’arabica a atteint vers 13H10 GMT 92,20 cents, un plus bas en un mois.

«Les marchés de Londres et de New York sont orientés à la baisse à cause des pluies importantes ces derniers jours au Brésil,» a expliqué Jack Scoville, analyste chez Price Group.

«La floraison est très bonne et la production de l’année prochaine s’annonce très importante,» a-t-il ajouté, précisant que la météo était aussi «favorable» au Vietnam.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de ROBUSTA pour livraison en janvier valait 1.253 dollars vendredi à 13H30 GMT, contre 1.327 dollars le vendredi précédent. Sur l’ICE Futures US de New York, la livre d’ARABICA pour livraison en décembre valait 92,75 cents, contre 100,75 cents sept jours auparavant.