Matières premières: le cuivre recherché, l’or recule

AWP

2 minutes de lecture

Sur le LME, la tonne de cuivre est repassée au-dessus des 6’000 dollars jeudi. L’once d’or termine la semaine sous les 1’500 dollars.

Le cuivre a atteint jeudi un plus haut depuis fin juillet, à 6’011 dollars la tonne, «dans la foulée d’une annonce des Etats-Unis sur le commerce», a souligné Dee Perera, analyste pour Marex Spectron.

Jeudi, «les Etats-Unis ont déclaré que la première phase d’un accord commercial avec la Chine pourrait inclure un abaissement des droits de douane, ce qui a fait grimper le cuivre», a-t-il expliqué.

La Chine étant le premier importateur de matières premières au monde, les métaux de base, dont le cuivre, profitent de toute information positive pour la croissance économique du pays.

«De plus, les Etats-Unis sont aussi l’un des plus gros importateurs de métaux», a renchéri Eugen Weinberg, analyste pour Commerzbank, qui souligne que «les restrictions commerciales sont actuellement considérées comme le principal obstacle à la croissance économique».

Néanmoins, Donald Trump s’est dit vendredi opposé à une suppression totale des tarifs douaniers supplémentaires imposés depuis mars 2018, faisant un peu retomber les prix.

Par ailleurs, les importations de cuivre de la Chine se sont élevées à 431’000 tonnes en octobre, contre 445.000 tonnes en septembre, selon les données publiées vendredi par les douanes chinoises.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s’échangeait à 5’933 dollars vendredi à 15H45 GMT, contre 5’850 dollars le vendredi précédent à la clôture.

L’aluminium, pour sa part, est monté vendredi jusqu’à 1’822 dollars la tonne, un niveau plus vu depuis deux mois.

L’or patine

L’or est tombé vendredi à 12H25 GMT (13H25 GMT à Paris) 1’456,25 dollars l’once, un niveau plus vu depuis trois mois.

Le métal jaune «a perdu la faveur des investisseurs cette semaine, tandis que l’optimisme sur un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine, capable de raviver la croissance économique, a bondi», a expliqué Lukman Otunuga, analyste pour FXTM.

La Chine a annoncé jeudi s’être mise d’accord avec les Etats-Unis pour une levée «par étapes» de leurs droits de douane punitifs mutuels, au moment où Pékin et Washington s’efforcent de finaliser un accord partiel sur leur différend commercial.

Le métal jaune étant traditionnellement perçu comme une valeur refuge, il a tendance à s’apprécier en période d’incertitudes et à perdre du terrain lorsque l’optimisme domine.

Par ailleurs, le Conseil mondial de l’or a révélé mardi que la demande d’or avait crû de 3% entre juillet et septembre par rapport à la même période l’an dernier, notamment tirée par les investisseurs financiers.

Sur le London Bullion Market, l’once d’or valait 1’466 dollars vendredi vers 15H55, contre 1’514 dollars le vendredi précédent en fin de séance.

Le café se reprend

Les prix du café repartaient à la hausse cette semaine, après avoir touché un plus bas historique à Londres au mois d’octobre.

«Les contrats à terme des deux marchés reflètent une baisse de l’offre de café,» a constaté Jack Scoville, de Price Group.

L’analyste cite également «les prévisions d’une tempête tropicale qui pourrait frapper dans les prochains jours le centre du Vietnam, où la plupart du café est produit» comme explication de la montée des cours.

Le pays asiatique est le deuxième plus gros producteur mondial de café, derrière le Brésil.

L’organisation internationale du café (ICO) a par ailleurs annoncé cette semaine une production mondiale de café attendue en baisse de 0,9% pour l’année 2019-2020.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de ROBUSTA pour livraison en janvier valait 1.381 dollars vendredi à 15H55 GMT, contre 1.322 dollars le vendredi précédent à la clôture. Sur l’ICE Futures US de New York, la livre d’ARABICA pour livraison en décembre valait 109,50 cents, contre 104,00 cents sept jours auparavant en fin de séance.