Pétrole US: stocks en hausse pour la deuxième semaine de suite

AWP

1 minutes de lecture

Lors de la semaine achevée le 9 août, les réserves ont augmenté de 1,6 million de barils, là où les analystes anticipaient une baisse de 2,5 millions de barils.

Les stocks de pétrole brut ont augmenté pour la deuxième semaine consécutive aux Etats-Unis, portés notamment par la progression des importations, selon les chiffres publiés mercredi par l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA).

Lors de la semaine achevée le 9 août, les réserves commerciales de brut ont augmenté de 1,6 million de barils pour s’établir à 440,5 millions, là où les analystes interrogés par l’agence Bloomberg anticipaient une baisse de 2,5 millions de barils.

Les importations ont continué à progresser, poursuivant sur leur tendance observée lors du précédent rapport, s’établissant à 7,71 millions de barils par jour (mbj) contre 7,15 mbj la semaine précédente.

La production est de son côté restée au même niveau, à 12,3 mbj.

La cadence des raffineries, qui avait grimpé à son plus haut niveau de l’année la semaine précédente à 96,4%, a ralenti lors de la semaine écoulée, ces dernières fonctionnant en moyenne à 94,8% de leurs capacités.

En plein saison des grands déplacements en voiture, les stocks d’essence ont reculé de 1,4 million de barils, alors que les analystes anticipaient une baisse de 1,15 million de barils.

Les réserves d’autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont baissé quant à eux de 1,9 million de barils, là où les analystes prévoyaient une progression d’un million de barils.

«Ce rapport va dans plusieurs directions. La baisse de la cadence des raffineries et la hausse des importations ont conduit à une augmentation des réserves de brut, ce qui montre que les chiffres de la semaine dernière n’étaient pas un hasard», a commenté Matt Smith de ClipperData. Les stocks de pétrole brut sont en effet repartis à la hausse la semaine dernière après s’être repliés pendant sept semaines consécutives

«A l’inverse, les stocks d’essence et d’autre produits distillés ont reculé, ce qui sous-entend une forte demande», a poursuivi l’expert.

Au cours des quatre dernières semaines, la demande d’essence a progressé en moyenne de 0,6% et celle d’autres produits distillés a augmenté de 1,0%.

Les exportations américaines de brut ont elles augmenté, passant de 1,87 mbj à 2,68 mbj.

Egalement scrutés puisqu’ils servent de référence à la cotation du pétrole à New York, les stocks de brut WTI du terminal de Cushing (Oklahoma, sud) ont, eux, reculé de 2,6 millions de barils à 44,8 millions de barils.

Déjà en baisse avant la diffusion du rapport, le cours du baril de pétrole new-yorkais creusait ses pertes, le contrat pour livraison en septembre cédant 2,68 dollars, à 54,42 dollars, vers 15H30 GMT sur le New York Mercantile Exchange(Nymex).

Les stocks de brut sont en hausse de 6,4% par rapport à la même époque l’an dernier et de 3% au-dessus de la moyenne des cinq dernières années à cette période.

Ceux d’essence s’affichent en hausse de 0,3% par rapport à leur niveau d’il y a un an et sont 4% au-dessus de la moyenne des cinq dernières années. Les stocks des produits distillés dépassent de 5,1% leur niveau d’il y a un an mais sont 3% en-dessous de la moyenne des cinq dernières années.