Swiss Re croît sur neuf mois mais renonce à racheter des actions

AWP

2 minutes de lecture

Sur les neuf premiers mois de l’année, Swiss Re a dégagé un bénéfice net de 1,34 milliard de dollars. Le titre recule légèrement.

Confronté une hausse des demandes d’indemnisation, Swiss Re a tenu le choc après neuf mois. En prévision des coûts liés aux catastrophes naturelles survenues au Japon, le réassureur zurichois a cependant décidé d’annuler un cadeau promis aux actionnaires.

Sur les neuf premiers mois de l’année, Swiss Re a dégagé un bénéfice net de 1,34 milliard de dollars (presque autant en francs), en hausse de 23% sur un an, indique jeudi le groupe zurichois. Les primes encaissées ont gonflé de 10,2% à 28,44 milliards.

Dans la réassurance dommages (P&C), le ratio combiné - rapport entre les primes encaissées et les dédommagements versés - s’est dégradé de 1,9 point de pourcentage à 101,4%. Cette unité affiche des primes de 14,21 milliards, en hausse de 16,5%. Le résultat net s’est envolé de 28%.

Lors d’une conférence téléphonique, le directeur financier John Dacey a expliqué que les récentes catastrophes naturelles au Japon engendreront de nouveaux coûts. Le typhon Hagibis, qui a dévasté une partie du Japon en octobre, devrait générer de coûteuses demandes d’indemnisation.

Les répercussions de Hagibis pour le secteur de l’assurance devraient être plus importantes que celles de l’ouragan Faxai, qui a également touché l’Empire du Soleil Levant en août. «Nos coûts seront également plus élevés», a admis John Dacey.

A l’échelle globale, les assureurs devront couvrir des dégâts à hauteur de 7 milliards de dollars pour Faxai. La part de Swiss Re atteint 460 millions. D’après les premiers calculs effectués par le bureau spécialisé dans les catastrophes Air Worlwide, les pertes assurées se situent entre 8 et 16 milliards de dollars pour Hagibis.

La facture s’élèvera à 300 millions pour l’ouragan Dorian, qui a frappé l’Atlantique nord.

Prix relevés

Le volume élevé de sinistres dus aux catastrophes naturelles dans le monde entier ces dernières années présente des avantages pour les réassureurs. Ces derniers, qui subissent une pression sur les prix, vont être en mesure de relever à nouveau leurs tarifs.

John Dacey table ainsi sur des hausses de prix, principalement dans la réassurance dommages au Japon. Dans le pays, une ronde de renouvellement importante se tiendra en avril. Pour l’Europe, ce sera en janvier.

En raison de ces catastrophes et de leurs probables répercussions, le conseil d’administration du numéro deux mondial de la réassurance a décidé de ne pas lancer la deuxième tranche du programme de rachat d’actions de 1 milliard de francs initialement prévue. Plusieurs analystes s’attendaient à cette décision.

La première, lancée en mai dernier, avait atteint à fin septembre 60% de l’objectif de 1 milliard de titres acquis, précise Swiss Re.

Les autres activités du groupe ont amélioré leur performance, à l’exception de la division entreprises (CorSo), dont le ratio combiné s’est fortement détérioré (21,6 points) à 127%. Cette unité a creusé sa perte nette sur neuf mois.

Le ratio combiné CorSo manque totalement les attentes du consensus AWP, tandis que le bénéfice net groupe s’inscrit dans la fourchette basse des prévisions. Le ratio combiné P&C et les fonds propres, en hausse de 9,3% à 31,68 milliards, sont meilleurs qu’attendu.

Par ailleurs, Swiss Re continue à examiner les options visant à réduire sa participation dans la filiale britannique ReAssure à moins de 50%, afin de la déconsolider. Le groupe zurichois avait envisagé de coter la société à Londres avant d’abandonner durant l’été, faute d’intérêt des investisseurs.

La copie rendue par Swiss Re est «globalement un peu faible» mais conforme aux attentes, affirme Vontobel, qui estime que le réassureur était solide où il fallait. Société Générale n’est pas de cet avis. La surperformance de Life & Capital, qui inclut ReAssure, a compensé pour la faiblesse des autres activités clés.

A la Bourse suisse, la nominative Swiss Re a reculé de 0,8% à 103,30 francs, dans un SMI en repli de 0,34%.